25.2 C
Kinshasa
vendredi, septembre 22, 2023
spot_img

Les Gouvernements annoncent un soutien financier accru à la riposte mondiale au SIDA

Les Gouvernements annoncent un soutien financier accru à la riposte mondiale contre le VIH/SIDA. Ils promettent de nouveaux investissements pour faire avancer la fin du Sida. C'est ce qu'indique un communiqué du Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) à congocroissance.com

Le Royaume-Uni et l'Allemagne comptent parmi ceux qui ont promis d'augmenter les ressources pour soutenir le travail d'ONUSIDA, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida.

Le Royaume-Uni augmentera le financement de l'ONUSIDA à 8 millions de livres sterling par an, contre 2,5 millions de livres sterling en 2021. Le Royaume-Uni a souligné l'importance d'un financement suffisant, prévisible et opportun pour permettre à l'ONUSIDA de remplir son mandat.

L'Allemagne augmentera son financement à l'ONUSIDA cette année à 6 millions d'euros, contre 5 millions d'euros auparavant, en félicitant l'ONUSIDA pour son travail visant à maintenir les services de lutte contre le VIH et d'autres services de santé dans les situations de conflit à travers le monde, y compris en Ukraine et dans les pays voisins. .

L'ONUSIDA est le seul programme conjoint des Nations Unies, un modèle unique qui rassemble l'UNICEF, l'UNESCO, ONU Femmes, le HCR, le Programme alimentaire mondial, le PNUD, le FNUAP, l'ONUDC, l'OIT, la Banque mondiale et l'Organisation mondiale de la santé. De cette façon, l'ONUSIDA combine la gamme d'expertise technique, le travail intersectoriel et la portée politique nécessaires pour mettre fin à la pandémie de sida.
Fondamentalement, la structure de l'ONUSIDA inclut également les populations les plus touchées par le VIH en tant que partie intégrante de ses activités et de sa gouvernance, de sorte que les personnes les plus touchées par le VIH soient au cœur de la riposte mondiale.

Les niveaux de financement de tous les donateurs l'année dernière, 2021, sont indiqués sur le portail en ligne des résultats et de la transparence de l'ONUSIDA.

Les nouvelles ressources engagées par les gouvernements constituent un pas en avant important dans la poursuite des efforts mondiaux pour mettre fin au sida. Au cours des dernières années, les réductions du financement de la lutte contre le VIH ont risqué de faire reculer la riposte au sida.

Les nouvelles annonces d'augmentations pourraient signaler le début d'un nouvel élan pour combler les déficits de financement critiques.

Parlant de la septième conférence de reconstitution à venir, le directeur exécutif du Fonds mondial, Peter Sands, a noté que « pour permettre au Fonds mondial d'atteindre ses objectifs, nous avons besoin de la reconstitution complète et nous avons également besoin que l'ONUSIDA soit entièrement financé. Nous ne pouvons pas le faire sans plus d'argent. Nous ne pouvons pas nous frayer un chemin magique vers un meilleur résultat sans augmenter les ressources.

Lors de l'ouverture de la réunion du CCP, la Directrice exécutive de l'ONUSIDA, Winnie Byanyima, a souligné les graves contraintes que le sous-financement avait imposées à la riposte au sida. Elle a réitéré qu'un financement solide et prévisible est essentiel pour sauver des vies et mettre fin à la pandémie : « Il est beaucoup plus coûteux de ne pas mettre fin à la pandémie de sida que d'y mettre fin. Elle a rappelé aux délégués ce qui était en jeu : « Des centaines de milliers de décès et des millions de nouvelles infections, toutes évitables. La fin de la pandémie de sida à la fin de cette décennie contre une pandémie de sida qui s'éternise.

Le Kenya, représentant le groupe Afrique, a souligné que les pays du monde comptent sur l'ONUSIDA pour pouvoir atteindre la fin du sida. La circonscription du Canada a fait remarquer que « Vous, à l'ONUSIDA, vous êtes petit mais puissant. Le fondement que vous posez pour la riposte au VIH réside dans les données que vous collectez, l'expertise et la passion de votre personnel, et le courage du Secrétariat de dénoncer les violations des droits humains. La délégation des ONG d'Asie-Pacifique a souligné l'importance d'inclure les personnes vivant avec le VIH dans le programme conjoint et a exhorté les donateurs à s'assurer qu'il est entièrement financé. La Directrice générale de l'UNICEF, Catherine Russell, a averti les délégués que les réductions de financement antérieures limitaient la capacité des 11 agences à répondre au VIH selon les besoins.

La pandémie de VIH est une crise qui tue chaque minute. Mais il peut y être mis fin d'ici 2030 si les pays travaillent ensemble pour lutter contre les inégalités et sont audacieux dans leurs actions et leurs investissements. Les actions nécessaires pour mettre fin au sida contribueront à protéger la santé et les droits de chacun, à renforcer le développement économique et à mieux préparer le monde aux futurs risques de pandémie.

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
3,867FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Derniers articles