25.2 C
Kinshasa
jeudi, juin 20, 2024
spot_img

«Alliance globale » pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants : EGPAF recommande la créativité et la prise en compte de tous les besoins

Le Directeur général de la Fondation Elisabeth Glaser, spécialisée dans la prise en charge du VH/SIDA pédiatrique a jugé opportune l’initiative «  Alliance globale » pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants. Cependant, il estime que cela ne suffit pas. il faut innover, créer et plus plaider afin que tous les besoins soient pris en compte dans l’élimination de cette maladie d’ici 2030.

«  Nous sommes ici pour soutenir l’Alliance globale pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants et donc nous pensons que cette alliance est nécessaire mais cela n’est pas suffisant. Il faut faire des choses de manière plus créatives. Car c’est une question qui est centrale ici (…) et nous devrons  plus faire le plaidoyer pour que le Fonds mondial puisse atteindre et prendre en compte plus des besoins », a déclaré le directeur général de la Fondation Elisabeth Glaser, Charles Lyons lors de son intervention au lancement de cette nouvelle initiative mondiale le mardi 2 février à Dar es Salam en République unie de Tanzanie.

Au regard de son importance, les ministres de la Santé de douze pays, présents à cette rencontre de très haut niveau, s’étaient engagés dans « l’Alliance globale » pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants d’ici à 2030.  Parmi lesquels il y a l’Angola, le Cameroun, la Cote d’Ivoire, la République démocratique du Congo, la Mozambique, le Nigeria, l’Afrique du sud, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie, le Zibambwe et le Kenya. Tous devront prêcher par le concret afin d’attirer d’autres pays vers cette noble initiative, qui doit corriger l’injustice constatée dans la prise en charge des enfants et des femmes enceintes.  

Selon la Directrice exécutive du Programme commun des Nations unies  contre le VIH/SIDA (ONUSIDA) Winnie Byanyima, sur 160 milles enfants infectés du VIH seulement la moitié de ce nombre reçoit le traitement. Tandis que les adultes vivent avec la maladie et reçoivent le traitement.

«  C’est injuste (…) », avait-elle décrié d’un ton élevé avant de souligner ceci : «  Nous devons réparer  cette injustice en disponibilisant le traitement pour sauver les vies des enfants et des femmes. Je suis sûre que les plans que vous avez élaborés joueront  un grand rôle dans leur exécution et que nous allons voir les résultats rapidement. Chers ministres faites en votre priorité ».

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

«Alliance globale » pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants : EGPAF recommande la créativité et la prise en compte de tous les besoins

Le Directeur général de la Fondation Elisabeth Glaser, spécialisée dans la prise en charge du VH/SIDA pédiatrique a jugé opportune l’initiative «  Alliance globale » pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants. Cependant, il estime que cela ne suffit pas. il faut innover, créer et plus plaider afin que tous les besoins soient pris en compte dans l’élimination de cette maladie d’ici 2030.

«  Nous sommes ici pour soutenir l’Alliance globale pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants et donc nous pensons que cette alliance est nécessaire mais cela n’est pas suffisant. Il faut faire des choses de manière plus créatives. Car c’est une question qui est centrale ici (…) et nous devrons  plus faire le plaidoyer pour que le Fonds mondial puisse atteindre et prendre en compte plus des besoins », a déclaré le directeur général de la Fondation Elisabeth Glaser, Charles Lyons lors de son intervention au lancement de cette nouvelle initiative mondiale le mardi 2 février à Dar es Salam en République unie de Tanzanie.

Au regard de son importance, les ministres de la Santé de douze pays, présents à cette rencontre de très haut niveau, s’étaient engagés dans « l’Alliance globale » pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants d’ici à 2030.  Parmi lesquels il y a l’Angola, le Cameroun, la Cote d’Ivoire, la République démocratique du Congo, la Mozambique, le Nigeria, l’Afrique du sud, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie, le Zibambwe et le Kenya. Tous devront prêcher par le concret afin d’attirer d’autres pays vers cette noble initiative, qui doit corriger l’injustice constatée dans la prise en charge des enfants et des femmes enceintes.  

Selon la Directrice exécutive du Programme commun des Nations unies  contre le VIH/SIDA (ONUSIDA) Winnie Byanyima, sur 160 milles enfants infectés du VIH seulement la moitié de ce nombre reçoit le traitement. Tandis que les adultes vivent avec la maladie et reçoivent le traitement.

«  C’est injuste (…) », avait-elle décrié d’un ton élevé avant de souligner ceci : «  Nous devons réparer  cette injustice en disponibilisant le traitement pour sauver les vies des enfants et des femmes. Je suis sûre que les plans que vous avez élaborés joueront  un grand rôle dans leur exécution et que nous allons voir les résultats rapidement. Chers ministres faites en votre priorité ».

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles