27.2 C
Kinshasa
lundi, mai 20, 2024
spot_img

D’après de nouvelles données, la confiance à l’égard de la vaccination infantile s’est érodée durant la pandémie de COVID-19, atteignant une baisse de l’ordre de 44 points de pourcentage dans certains pays

Un nouveau rapport de l’UNICEF indique qu’en l’espace de trois ans, 67 millions d’enfants ont été privés d’un ou de plusieurs vaccins en raison des perturbations induites par la pandémie, notamment la surcharge des systèmes de santé et la réaffectation des ressources déjà maigres, mais aussi du fait des conflits, des contextes de fragilité et d’une perte de confiance à l’égard de la vaccination.

 Pendant la pandémie de COVID-19, la perception de l’importance de la vaccination infantile a diminué chez les habitants de 52 des 55 pays à l’étude, avertit aujourd’hui l’UNICEF dans un nouveau rapport sur la vaccination.

Le rapport La Situation des enfants dans le monde 2023 : Pour chaque enfant, des vaccins met en lumière une perte de confiance supérieure à un tiers en République de Corée, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, au Ghana, au Sénégal et au Japon après le début de la pandémie. Les nouvelles données, recueillies par The Vaccine Confidence Project et publiées aujourd’hui par l’UNICEF, indiquent que la Chine, l’Inde et le Mexique sont les seuls pays étudiés dans lesquels l’importance perçue des vaccins est restée stable ou a même progressé. Dans la plupart des pays, les personnes âgées de moins de 35 ans et les femmes étaient plus susceptibles d’être moins convaincues de l’importance de faire vacciner les enfants après le début de la pandémie*.

La confiance à l’égard des vaccins étant volatile et s’inscrivant dans un contexte temporel spécifique, il sera toutefois nécessaire de recueillir et d’analyser des données supplémentaires pour déterminer si ces constatations sont révélatrices d’une tendance à plus long terme. La vaccination continue de remporter un soutien relativement important en dépit des baisses observées. Dans presque la moitié des 55 pays étudiés, plus de 80 % des personnes interrogées ont en effet jugé qu’il était important de faire vacciner les enfants.

Cependant, le rapport met en garde contre le risque de voir s’accentuer la menace posée par cette réticence à la vaccination, sous l’effet cumulé de plusieurs facteurs tels que l’incertitude relative à la riposte contre la pandémie, l’accès plus généralisé aux fausses informations, la perte de confiance à l’égard des experts et la polarisation politique.

« Au plus fort de la pandémie, les scientifiques ont su développer rapidement des vaccins qui ont permis de sauver d’innombrables vies. Malgré ce succès historique, la crainte et la désinformation autour de la vaccination en général se sont pourtant propagées à aussi grande échelle que le virus lui-même », a déclaré Catherine Russell, Directrice générale de l’UNICEF. « Ces données sont un signal d’alerte préoccupant. La confiance à l’égard de la vaccination de routine ne doit pas compter elle aussi parmi les victimes de la pandémie, sous peine de voir prochainement un grand nombre d’enfants succomber à la rougeole, à la diphtérie ou à d’autres maladies évitables. »

Fait alarmant, cette baisse de confiance s’inscrit dans le contexte du plus grand recul ininterrompu des vaccinations infantiles en trente ans, occasionné par la pandémie de COVID-19. En effet, cette dernière a engendré la suspension des services de vaccination dans presque tous les pays, notamment en raison des lourdes exigences pesant sur les systèmes de santé, de la réaffectation des ressources en faveur de la vaccination contre la COVID-19, des pénuries de personnel soignant et des mesures de confinement à domicile.

Le rapport publié aujourd’hui s’inquiète du trop grand nombre d’enfants – 67 millions au total – ayant manqué des vaccins entre 2019 et 2021, avec pour conséquence, des taux de couverture vaccinale en baisse dans 112 pays. Les enfants nés juste avant ou pendant la pandémie auront bientôt dépassé l’âge auquel les vaccins sont habituellement administrés : il s’avère donc d’autant plus urgent de rattraper les retards accumulés afin de prévenir des flambées épidémiques de maladies mortelles. En 2022, par exemple, le nombre total de cas de rougeole a plus que doublé par rapport à l’année précédente, tandis que le nombre d’enfants paralysés après avoir contracté la poliomyélite a augmenté de 16 % sur la même période. Entre 2019 et 2021, ce chiffre a été multiplié par huit comparativement à la période de trois ans antérieure – une situation qui souligne la nécessité d’intensifier durablement les efforts en faveur de la vaccination.

La pandémie a également exacerbé les inégalités existantes. En effet, la vaccination reste indisponible, inaccessible ou inabordable pour beaucoup trop d’enfants, en particulier ceux issus des communautés les plus marginalisées – une population déjà difficile à atteindre avant la pandémie – dans un monde où les taux de vaccination stagnent depuis près de dix ans.

Parmi les 67 millions d’enfants qui n’ont pas reçu tous leurs vaccins de routine entre 2019 et 2021, 48 millions n’en ont reçu aucun – ce sont des enfants « zéro dose ». Si, fin 2021, l’Inde et le Nigéria (deux pays affichant une très forte natalité) recensaient la plus grande population d’enfants zéro dose, c’est au Myanmar et aux Philippines que leur nombre a le plus notablement augmenté.

Les enfants non vaccinés vivent dans les communautés les plus pauvres, les plus reculées et les plus marginalisées, dans des pays parfois en situation de conflit. D’après les nouvelles données produites aux fins de ce rapport par l’International Center for Equity in Health, 1 enfant sur 5 au sein des ménages les plus pauvres n’a reçu aucun vaccin, contre 1 sur 20 au sein des ménages les plus riches. Souvent, les enfants non vaccinés vivent dans des communautés difficiles d’accès (par exemple, en milieu rural ou dans des bidonvilles) et sont nés de mères qui n’ont pas pu aller à l’école et qui ont peu d’influence sur les décisions familiales. Ces problématiques sont d’autant plus présentes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où l’on recense environ 1 enfant zéro dose sur 10 en milieu urbain et 1 sur 6 en milieu rural. Dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, en revanche, l’écart est pratiquement nul entre ces deux milieux.

Pour vacciner chaque enfant, il est capital de renforcer les soins de santé primaires et de fournir au personnel de première ligne, majoritairement féminin, les ressources et le soutien dont il a besoin. Le rapport précise que les femmes, premières actrices de la vaccination, se heurtent à des obstacles tels que le faible niveau de salaire, l’emploi informel et le manque d’occasions de formation formelle et de perspectives d’avancement, quand leur sécurité n’est pas directement menacée.

Pour résoudre cette crise de la survie de l’enfant, l’UNICEF appelle les gouvernements à accroître leurs investissements en faveur de la vaccination et à collaborer avec les parties prenantes pour débloquer les ressources disponibles, notamment le solde des fonds alloués à la lutte contre la COVID-19, de façon à déployer de toute urgence des campagnes de rattrapage et à intensifier la vaccination afin de protéger les enfants et de prévenir des flambées épidémiques.

Le rapport enjoint les gouvernements à :

  • Recenser et atteindre d’urgence tous les enfants, en particulier ceux qui n’ont pas reçu l’intégralité de leurs vaccins durant la pandémie de COVID-19 ;
  • Renforcer la demande à l’égard des vaccins, en veillant notamment à instaurer un climat de confiance ;
  • Accorder la priorité en matière de financement aux services de vaccination et aux soins de santé primaires ;
  • Bâtir des systèmes de santé résilients en investissant en faveur des agentes de santé, de l’innovation et de la fabrication locale.

« Les vaccins ont sauvé des millions de vies et protégé des communautés tout entières contre des maladies mortelles », a précisé Catherine Russell. « Nous savons trop bien que les maladies ne s’arrêtent pas aux frontières. La vaccination de routine et la robustesse des systèmes de santé sont nos meilleurs atouts pour éviter de futures pandémies, à l’origine de décès et de souffrances inutiles. L’heure est venue de tirer parti des ressources restées à disposition à l’issue des campagnes de vaccination contre la COVID-19 afin d’investir dans le renforcement des services de vaccination et dans la mise en œuvre de systèmes pérennes, pour chaque enfant. »

Au sujet de la République Démocratique du Congo

Lla pandémie à Covid-19 a perturbé un système de santé déjà fragile, avec des répercussions significatives sur les services de vaccination. Sur 18 millions des nouveaux nés, 3,8 millions n’ont pas reçu leur première dose du vaccin contre quatre maladies, diphtérie-tétanos-coqueluche-hépatite virale B, 5,5 millions n’ont pas reçu leur troisième dose du vaccin contre les quatre maladies diphtérie-tetanos-coqueluche-hépatite virale B, et 7 millions n’ont pas reçu leur vaccin contre la rougeole (VAR). 

La République Démocratique du Congo (RDC) occupe le troisième rang des pays africains ayant le plus grand nombre d’enfants sans une seule dose de vaccin, dans la région africaine de l’OMS, et le sixième au niveau mondial, avec près de 800,000 enfants qui n’ont jamais été vaccinés ( WHO and UNICEF estimates of national immunization coverage, 2021 et cumul des données administratives de 2022 du Programme Elargi de Vaccination de la RDC).  

 Ainsi, le pays connait plusieurs épidémies de maladies que l’on peut facilement prévenir avec la vaccination, telles que la poliomyélite, la rougeole et la, fièvre jaune.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

D’après de nouvelles données, la confiance à l’égard de la vaccination infantile s’est érodée durant la pandémie de COVID-19, atteignant une baisse de l’ordre de 44 points de pourcentage dans certains pays

Un nouveau rapport de l’UNICEF indique qu’en l’espace de trois ans, 67 millions d’enfants ont été privés d’un ou de plusieurs vaccins en raison des perturbations induites par la pandémie, notamment la surcharge des systèmes de santé et la réaffectation des ressources déjà maigres, mais aussi du fait des conflits, des contextes de fragilité et d’une perte de confiance à l’égard de la vaccination.

 Pendant la pandémie de COVID-19, la perception de l’importance de la vaccination infantile a diminué chez les habitants de 52 des 55 pays à l’étude, avertit aujourd’hui l’UNICEF dans un nouveau rapport sur la vaccination.

Le rapport La Situation des enfants dans le monde 2023 : Pour chaque enfant, des vaccins met en lumière une perte de confiance supérieure à un tiers en République de Corée, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, au Ghana, au Sénégal et au Japon après le début de la pandémie. Les nouvelles données, recueillies par The Vaccine Confidence Project et publiées aujourd’hui par l’UNICEF, indiquent que la Chine, l’Inde et le Mexique sont les seuls pays étudiés dans lesquels l’importance perçue des vaccins est restée stable ou a même progressé. Dans la plupart des pays, les personnes âgées de moins de 35 ans et les femmes étaient plus susceptibles d’être moins convaincues de l’importance de faire vacciner les enfants après le début de la pandémie*.

La confiance à l’égard des vaccins étant volatile et s’inscrivant dans un contexte temporel spécifique, il sera toutefois nécessaire de recueillir et d’analyser des données supplémentaires pour déterminer si ces constatations sont révélatrices d’une tendance à plus long terme. La vaccination continue de remporter un soutien relativement important en dépit des baisses observées. Dans presque la moitié des 55 pays étudiés, plus de 80 % des personnes interrogées ont en effet jugé qu’il était important de faire vacciner les enfants.

Cependant, le rapport met en garde contre le risque de voir s’accentuer la menace posée par cette réticence à la vaccination, sous l’effet cumulé de plusieurs facteurs tels que l’incertitude relative à la riposte contre la pandémie, l’accès plus généralisé aux fausses informations, la perte de confiance à l’égard des experts et la polarisation politique.

« Au plus fort de la pandémie, les scientifiques ont su développer rapidement des vaccins qui ont permis de sauver d’innombrables vies. Malgré ce succès historique, la crainte et la désinformation autour de la vaccination en général se sont pourtant propagées à aussi grande échelle que le virus lui-même », a déclaré Catherine Russell, Directrice générale de l’UNICEF. « Ces données sont un signal d’alerte préoccupant. La confiance à l’égard de la vaccination de routine ne doit pas compter elle aussi parmi les victimes de la pandémie, sous peine de voir prochainement un grand nombre d’enfants succomber à la rougeole, à la diphtérie ou à d’autres maladies évitables. »

Fait alarmant, cette baisse de confiance s’inscrit dans le contexte du plus grand recul ininterrompu des vaccinations infantiles en trente ans, occasionné par la pandémie de COVID-19. En effet, cette dernière a engendré la suspension des services de vaccination dans presque tous les pays, notamment en raison des lourdes exigences pesant sur les systèmes de santé, de la réaffectation des ressources en faveur de la vaccination contre la COVID-19, des pénuries de personnel soignant et des mesures de confinement à domicile.

Le rapport publié aujourd’hui s’inquiète du trop grand nombre d’enfants – 67 millions au total – ayant manqué des vaccins entre 2019 et 2021, avec pour conséquence, des taux de couverture vaccinale en baisse dans 112 pays. Les enfants nés juste avant ou pendant la pandémie auront bientôt dépassé l’âge auquel les vaccins sont habituellement administrés : il s’avère donc d’autant plus urgent de rattraper les retards accumulés afin de prévenir des flambées épidémiques de maladies mortelles. En 2022, par exemple, le nombre total de cas de rougeole a plus que doublé par rapport à l’année précédente, tandis que le nombre d’enfants paralysés après avoir contracté la poliomyélite a augmenté de 16 % sur la même période. Entre 2019 et 2021, ce chiffre a été multiplié par huit comparativement à la période de trois ans antérieure – une situation qui souligne la nécessité d’intensifier durablement les efforts en faveur de la vaccination.

La pandémie a également exacerbé les inégalités existantes. En effet, la vaccination reste indisponible, inaccessible ou inabordable pour beaucoup trop d’enfants, en particulier ceux issus des communautés les plus marginalisées – une population déjà difficile à atteindre avant la pandémie – dans un monde où les taux de vaccination stagnent depuis près de dix ans.

Parmi les 67 millions d’enfants qui n’ont pas reçu tous leurs vaccins de routine entre 2019 et 2021, 48 millions n’en ont reçu aucun – ce sont des enfants « zéro dose ». Si, fin 2021, l’Inde et le Nigéria (deux pays affichant une très forte natalité) recensaient la plus grande population d’enfants zéro dose, c’est au Myanmar et aux Philippines que leur nombre a le plus notablement augmenté.

Les enfants non vaccinés vivent dans les communautés les plus pauvres, les plus reculées et les plus marginalisées, dans des pays parfois en situation de conflit. D’après les nouvelles données produites aux fins de ce rapport par l’International Center for Equity in Health, 1 enfant sur 5 au sein des ménages les plus pauvres n’a reçu aucun vaccin, contre 1 sur 20 au sein des ménages les plus riches. Souvent, les enfants non vaccinés vivent dans des communautés difficiles d’accès (par exemple, en milieu rural ou dans des bidonvilles) et sont nés de mères qui n’ont pas pu aller à l’école et qui ont peu d’influence sur les décisions familiales. Ces problématiques sont d’autant plus présentes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où l’on recense environ 1 enfant zéro dose sur 10 en milieu urbain et 1 sur 6 en milieu rural. Dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, en revanche, l’écart est pratiquement nul entre ces deux milieux.

Pour vacciner chaque enfant, il est capital de renforcer les soins de santé primaires et de fournir au personnel de première ligne, majoritairement féminin, les ressources et le soutien dont il a besoin. Le rapport précise que les femmes, premières actrices de la vaccination, se heurtent à des obstacles tels que le faible niveau de salaire, l’emploi informel et le manque d’occasions de formation formelle et de perspectives d’avancement, quand leur sécurité n’est pas directement menacée.

Pour résoudre cette crise de la survie de l’enfant, l’UNICEF appelle les gouvernements à accroître leurs investissements en faveur de la vaccination et à collaborer avec les parties prenantes pour débloquer les ressources disponibles, notamment le solde des fonds alloués à la lutte contre la COVID-19, de façon à déployer de toute urgence des campagnes de rattrapage et à intensifier la vaccination afin de protéger les enfants et de prévenir des flambées épidémiques.

Le rapport enjoint les gouvernements à :

  • Recenser et atteindre d’urgence tous les enfants, en particulier ceux qui n’ont pas reçu l’intégralité de leurs vaccins durant la pandémie de COVID-19 ;
  • Renforcer la demande à l’égard des vaccins, en veillant notamment à instaurer un climat de confiance ;
  • Accorder la priorité en matière de financement aux services de vaccination et aux soins de santé primaires ;
  • Bâtir des systèmes de santé résilients en investissant en faveur des agentes de santé, de l’innovation et de la fabrication locale.

« Les vaccins ont sauvé des millions de vies et protégé des communautés tout entières contre des maladies mortelles », a précisé Catherine Russell. « Nous savons trop bien que les maladies ne s’arrêtent pas aux frontières. La vaccination de routine et la robustesse des systèmes de santé sont nos meilleurs atouts pour éviter de futures pandémies, à l’origine de décès et de souffrances inutiles. L’heure est venue de tirer parti des ressources restées à disposition à l’issue des campagnes de vaccination contre la COVID-19 afin d’investir dans le renforcement des services de vaccination et dans la mise en œuvre de systèmes pérennes, pour chaque enfant. »

Au sujet de la République Démocratique du Congo

Lla pandémie à Covid-19 a perturbé un système de santé déjà fragile, avec des répercussions significatives sur les services de vaccination. Sur 18 millions des nouveaux nés, 3,8 millions n’ont pas reçu leur première dose du vaccin contre quatre maladies, diphtérie-tétanos-coqueluche-hépatite virale B, 5,5 millions n’ont pas reçu leur troisième dose du vaccin contre les quatre maladies diphtérie-tetanos-coqueluche-hépatite virale B, et 7 millions n’ont pas reçu leur vaccin contre la rougeole (VAR). 

La République Démocratique du Congo (RDC) occupe le troisième rang des pays africains ayant le plus grand nombre d’enfants sans une seule dose de vaccin, dans la région africaine de l’OMS, et le sixième au niveau mondial, avec près de 800,000 enfants qui n’ont jamais été vaccinés ( WHO and UNICEF estimates of national immunization coverage, 2021 et cumul des données administratives de 2022 du Programme Elargi de Vaccination de la RDC).  

 Ainsi, le pays connait plusieurs épidémies de maladies que l’on peut facilement prévenir avec la vaccination, telles que la poliomyélite, la rougeole et la, fièvre jaune.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles