24.2 C
Kinshasa
jeudi, mai 23, 2024
spot_img

Dr. Adriana Blanco M. appelle les Etats à protéger leurs politiques publique contre l’industrie du tabc

La Secrétaire la Cclat de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), Dr. Adriana Blanco M. a appelé les Etats africains à protéger leurs politiques de santé publique contre l’industrie du tabac.  Ce pressent appel a été lancé lors de son intervention sur l’ingérence de l’industrie du tabac en Afrique. C’était lors de la première conférence africaine sur la lutte antitabac et le développement. 

L’indice de l’ingérence dans l’industrie du tabac en Afrique révèle des activités fictives de l’industrie du tabac et met en lumière les mesures prises par les gouvernements de 14 pays de région africaine de l’Oms pour protéger leurs politiques de lutte antitabac des industries du tabac et de  leurs alliés.

A en croire cette experte, la loi cadre de l’Oms antitabac, Cclat reconnait dans son préambule la nécessité d’être attentif  à tout effort de l’industrie de tabac pour saper, pour subvertir les efforts de lutte antitabac et la nécessité d’être informé  des activités de l’industrie du tabac  pour un  impact négatif  sur les efforts de lutte antitabac.

Cette nécessité, a-t-elle souligné,  est encore renforcée par l’obligation  faite aux parties à l’article 5. 3 de la convention de protéger leurs politique de santé publique contre l’industrie de tabac et par des directives d’application, dont le premier principe souligne le  conflit fondamental et  irréconciliable entre les intérêts  de l’industrie du tabac et ceux de la santé publique.

«  Malgré les nombreuses difficultés rencontrées par plusieurs pays de la régions africaine de l’Oms, nous sommes heureux de constater qu’il existe l’interférence de l’industrie du tabac qui révèle la fermeté de certains pays  dans le respect de leurs obligations  en vertu de l’article 5.3 de la Cclat de l’Oms. Nous saluons les efforts  des gouvernements du Gabon, du Kenya, et  et de l’Ouganda qui ont fait preuve d’une détermination remarquable pour lutte contre l’ingérence  de l’industrie du tabac et  de maintenir leurs politiques de lutte antitabc à l’abri de toute interférence. Nous les félicitons.  Pour les progrès accomplis », a indiqué la Secrétaire de la Cclat de l’Oms, avant de souligner que 44 des 47 pays de la  région Afro de l’Oms avaient signé la convention.

Rappelons que la première conférence africaine sur la lutte antitabac et le développement s’était tenue pendant trois jours. Elle était organisée conjointement  par le Centre pour la lutte  antitabc en Afrique ( Ctca) et la Fondation africaine pour  le renforcement des capacités  (Acbf).

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Dr. Adriana Blanco M. appelle les Etats à protéger leurs politiques publique contre l’industrie du tabc

La Secrétaire la Cclat de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), Dr. Adriana Blanco M. a appelé les Etats africains à protéger leurs politiques de santé publique contre l’industrie du tabac.  Ce pressent appel a été lancé lors de son intervention sur l’ingérence de l’industrie du tabac en Afrique. C’était lors de la première conférence africaine sur la lutte antitabac et le développement. 

L’indice de l’ingérence dans l’industrie du tabac en Afrique révèle des activités fictives de l’industrie du tabac et met en lumière les mesures prises par les gouvernements de 14 pays de région africaine de l’Oms pour protéger leurs politiques de lutte antitabac des industries du tabac et de  leurs alliés.

A en croire cette experte, la loi cadre de l’Oms antitabac, Cclat reconnait dans son préambule la nécessité d’être attentif  à tout effort de l’industrie de tabac pour saper, pour subvertir les efforts de lutte antitabac et la nécessité d’être informé  des activités de l’industrie du tabac  pour un  impact négatif  sur les efforts de lutte antitabac.

Cette nécessité, a-t-elle souligné,  est encore renforcée par l’obligation  faite aux parties à l’article 5. 3 de la convention de protéger leurs politique de santé publique contre l’industrie de tabac et par des directives d’application, dont le premier principe souligne le  conflit fondamental et  irréconciliable entre les intérêts  de l’industrie du tabac et ceux de la santé publique.

«  Malgré les nombreuses difficultés rencontrées par plusieurs pays de la régions africaine de l’Oms, nous sommes heureux de constater qu’il existe l’interférence de l’industrie du tabac qui révèle la fermeté de certains pays  dans le respect de leurs obligations  en vertu de l’article 5.3 de la Cclat de l’Oms. Nous saluons les efforts  des gouvernements du Gabon, du Kenya, et  et de l’Ouganda qui ont fait preuve d’une détermination remarquable pour lutte contre l’ingérence  de l’industrie du tabac et  de maintenir leurs politiques de lutte antitabc à l’abri de toute interférence. Nous les félicitons.  Pour les progrès accomplis », a indiqué la Secrétaire de la Cclat de l’Oms, avant de souligner que 44 des 47 pays de la  région Afro de l’Oms avaient signé la convention.

Rappelons que la première conférence africaine sur la lutte antitabac et le développement s’était tenue pendant trois jours. Elle était organisée conjointement  par le Centre pour la lutte  antitabc en Afrique ( Ctca) et la Fondation africaine pour  le renforcement des capacités  (Acbf).

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles