27.2 C
Kinshasa
lundi, mai 20, 2024
spot_img

Elimination  de la discrimination raciale, W. Byanyima appelle à une nouvelle voie pour garantir les droits de toutes les personnes

Le Directeur exécutif du Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) déplore le fait que le racisme continue  de prospérer, aggravant les inégalités, fracturant les sociétés et privant les personnes de leurs droits humains fondamentaux, y compris leur droit à la santé.

D‘après le Winnie Byanyima, qui s’exprimait hier lundi 21 mars, à l’occasion de la journée mondiale de l’élimination de la discrimination raciale,  le racisme est un problème de santé publique et de droits humains de portée mondiale. Il est reconnu que le racisme est un déterminant clé de la maladie et définit qui a accès à la prévention, au traitement, aux soins de santé de qualité et au bien-être général qui sauvent des vies.

« Les grandes disparités raciales et ethniques dans l’accès aux services liés au VIH sont évidentes. Bien que les Africains noirs représentent la grande majorité de la population en Afrique du Sud et la grande majorité des personnes vivant avec le VIH, les services du secteur public sur lesquels les Sud-Africains noirs comptent sont généralement de moins bonne qualité que les services du secteur privé disponibles pour les Sud-Africains blancs. . Aux États-Unis d’Amérique, les Afro-Américains représentent 12 % de la population nationale, mais 41 % des nouveaux diagnostics de VIH et des décès liés au sida. Pour mettre fin au sida, il est impératif de mettre fin aux inégalités qui l’alimentent et cela inclut de s’attaquer aux inégalités raciales », a-t-elle dénoncé dans une note d’information, dont une copie est parvenue à congocroissance.com

Et de poursuivre : «  L’histoire aurait dû nous apprendre à tous les conséquences mortelles les plus épouvantables du racisme et de l’inégalité, mais le racisme reste répandu dans tous les pays et à l’intérieur des pays. La pandémie de COVID-19 et l’apartheid vaccinal qui a suivi en sont un rappel brutal et ont coûté à chacun de nous la voie de sortie la plus rapide et la moins nocive de la crise ».

L’incapacité à lutter contre le racisme, alerte-t-elle, continuera de coûter des millions de vies et de moyens de subsistance dans le monde entier ; bloquer les progrès dans la lutte contre la pauvreté ; pour bloquer les efforts de développement et menacer la santé publique mondiale et la sécurité économique. Car, ne vous y trompez pas, les coûts des inégalités ne se limitent pas à ceux qui vivent dans les pays les plus pauvres.

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, nous devons tracer une nouvelle voie pour garantir les droits de toutes les personnes dans toutes les nations et élever nos voix pour agir contre le racisme », a lancé le Directeur exécutif de l’ONUSIDA dans son adresse à l’humanité.

Rappelons que cela fait plus d’un demi-siècle que les Nations Unies ont proclamé le 21 mars Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. Ce jour-là, en 1960, la police a ouvert le feu sur une foule de manifestants pacifiques qui se sont levés et ont dénoncé l’apartheid en Afrique du Sud. Des dizaines ont été tués ce jour-là. Il a fallu encore 30 ans de bataille acharnée pour que la législation sur l’apartheid soit abrogée, au cours de laquelle des millions d’Africains noirs ont été expulsés de leurs foyers et contraints de vivre dans des quartiers ségrégués. Le monde a dit plus jamais…

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Elimination  de la discrimination raciale, W. Byanyima appelle à une nouvelle voie pour garantir les droits de toutes les personnes

Le Directeur exécutif du Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) déplore le fait que le racisme continue  de prospérer, aggravant les inégalités, fracturant les sociétés et privant les personnes de leurs droits humains fondamentaux, y compris leur droit à la santé.

D‘après le Winnie Byanyima, qui s’exprimait hier lundi 21 mars, à l’occasion de la journée mondiale de l’élimination de la discrimination raciale,  le racisme est un problème de santé publique et de droits humains de portée mondiale. Il est reconnu que le racisme est un déterminant clé de la maladie et définit qui a accès à la prévention, au traitement, aux soins de santé de qualité et au bien-être général qui sauvent des vies.

« Les grandes disparités raciales et ethniques dans l’accès aux services liés au VIH sont évidentes. Bien que les Africains noirs représentent la grande majorité de la population en Afrique du Sud et la grande majorité des personnes vivant avec le VIH, les services du secteur public sur lesquels les Sud-Africains noirs comptent sont généralement de moins bonne qualité que les services du secteur privé disponibles pour les Sud-Africains blancs. . Aux États-Unis d’Amérique, les Afro-Américains représentent 12 % de la population nationale, mais 41 % des nouveaux diagnostics de VIH et des décès liés au sida. Pour mettre fin au sida, il est impératif de mettre fin aux inégalités qui l’alimentent et cela inclut de s’attaquer aux inégalités raciales », a-t-elle dénoncé dans une note d’information, dont une copie est parvenue à congocroissance.com

Et de poursuivre : «  L’histoire aurait dû nous apprendre à tous les conséquences mortelles les plus épouvantables du racisme et de l’inégalité, mais le racisme reste répandu dans tous les pays et à l’intérieur des pays. La pandémie de COVID-19 et l’apartheid vaccinal qui a suivi en sont un rappel brutal et ont coûté à chacun de nous la voie de sortie la plus rapide et la moins nocive de la crise ».

L’incapacité à lutter contre le racisme, alerte-t-elle, continuera de coûter des millions de vies et de moyens de subsistance dans le monde entier ; bloquer les progrès dans la lutte contre la pauvreté ; pour bloquer les efforts de développement et menacer la santé publique mondiale et la sécurité économique. Car, ne vous y trompez pas, les coûts des inégalités ne se limitent pas à ceux qui vivent dans les pays les plus pauvres.

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, nous devons tracer une nouvelle voie pour garantir les droits de toutes les personnes dans toutes les nations et élever nos voix pour agir contre le racisme », a lancé le Directeur exécutif de l’ONUSIDA dans son adresse à l’humanité.

Rappelons que cela fait plus d’un demi-siècle que les Nations Unies ont proclamé le 21 mars Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. Ce jour-là, en 1960, la police a ouvert le feu sur une foule de manifestants pacifiques qui se sont levés et ont dénoncé l’apartheid en Afrique du Sud. Des dizaines ont été tués ce jour-là. Il a fallu encore 30 ans de bataille acharnée pour que la législation sur l’apartheid soit abrogée, au cours de laquelle des millions d’Africains noirs ont été expulsés de leurs foyers et contraints de vivre dans des quartiers ségrégués. Le monde a dit plus jamais…

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles