25.2 C
Kinshasa
jeudi, juin 20, 2024
spot_img

Elimination des fistules obstétricales : Plusieurs goulots étranglent encore la Rdc

 La République démocratique du Congo est encore confrontée à plusieurs goulots d’étranglements, dont le manque des ressources financières, matérielles et humaines afin d’éliminer les fistules obstétricales. C’est ce qu’a fait savoir le Docteur Bapitani Basuana Josué Désiré, représentant le ministre de la Santé publique, de l’Hygiène et de la Prévention, lors de la commémoration de la Journée internationale de l’élimination de cette maladie.

A l’en croire, les fistules obstétricales constituent un problème de santé publique en Afrique subsaharienne  en général et en République démocratique du Congo ne déroge pas malheureusement  à cette règle. Ce fléau, a-t-il dit, touche souvent les femmes jeunes, sans informations, ni de formation, et survient le plus souvent à la suite d’un travail d’accouchement trop prolongé et mal  conduit.

« En réponse à ce fléau, le ministère de la Santé a doté le pays à travers le Programme national de la Santé de la reproduction (Pnsr) de la stratégie  nationale de l’élimination des fistules obstétricales  et  a mis en place le comité national de pilotage pour l’élimination de cette maladie. Cependant, malgré ces efforts, le bilan actuel du Pnsr indique encore beaucoup de goulots d’étranglement  en termes de ressources financières, matérielle et humaines. Ce qui fait qu’à ce jour, le taux annuel de réparation  de la fistule obstétricale  demeure inférieur au taux d’incidence  annuelle », a fait savoir le Dr. Bapitani Basuana Josué Désiré, en ce 23 mai, journée internationale pour l’élimination des fistules, célébrée  sous le thème : «  Rompre le cycle : Prévenir les fistules obstétricales dans le monde ».

Ainsi,  poursuit-il : « Ce thème de l’année est plus interpellateur pour nous du ministère de la Santé publique que pour tous les partenaires qui travaillent  dans le domaine de l’élimination des fistules obstétricales ainsi que les bailleurs de fonds ».

 Même son de cloche pour le Directeur Pays adjoint  du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), le Docteur Kenneth EHOUZOU qui estime que la Rdc a enregistré des progrès remarquable mais beaucoup reste à faire pour atteindre l’objectif de zéro fistule obstétricale dans une génération. Et pour cela, il faut un leadership politique fort pour relever ce défi. Il l’a préconisé en ces termes : «  Avec un leadership politique fort, ainsi que des investissements et des mesures prouvées fortes, nous pouvons mettre fin à ce fléau. Intégrons davantage   la lutte contre les fistules obstétricales dans le plan national de développement sanitaire, le plan stratégique de la couverture sanitaire universelle entres autres et accordons l’attention particulière pour sa mise en œuvre effective ».

Le Directeur-Pays adjoint de  l’UNFPA, a réitéré l’engagement de son agence dans la poursuite de son appui pour améliorer la couverture sanitaire universelle en matière de la Santé Reproductive, Maternelle, Néonatale, des Enfants et des Adolescentes en général et en particulier dans la poursuite de la campagne de l’élimination de la fistule obstétricale.  Car, il estime qu’il n’y aura pas de développement durable tant que des milliers de femmes et filles vivent dans l’exclusion et le non-respect de la dignité humaine.

Plusieurs activités seront organisées dans le cadre de la commémoration de cette journée de l’élimination des fistules obstétricales. Car, le pays est appelé à relever le défi de la couverture sanitaire universelle  dans la perspective d’atteindre la cible de tout au plus un cas de fistule pour 1000 naissances à l’horizon 2030.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Elimination des fistules obstétricales : Plusieurs goulots étranglent encore la Rdc

 La République démocratique du Congo est encore confrontée à plusieurs goulots d’étranglements, dont le manque des ressources financières, matérielles et humaines afin d’éliminer les fistules obstétricales. C’est ce qu’a fait savoir le Docteur Bapitani Basuana Josué Désiré, représentant le ministre de la Santé publique, de l’Hygiène et de la Prévention, lors de la commémoration de la Journée internationale de l’élimination de cette maladie.

A l’en croire, les fistules obstétricales constituent un problème de santé publique en Afrique subsaharienne  en général et en République démocratique du Congo ne déroge pas malheureusement  à cette règle. Ce fléau, a-t-il dit, touche souvent les femmes jeunes, sans informations, ni de formation, et survient le plus souvent à la suite d’un travail d’accouchement trop prolongé et mal  conduit.

« En réponse à ce fléau, le ministère de la Santé a doté le pays à travers le Programme national de la Santé de la reproduction (Pnsr) de la stratégie  nationale de l’élimination des fistules obstétricales  et  a mis en place le comité national de pilotage pour l’élimination de cette maladie. Cependant, malgré ces efforts, le bilan actuel du Pnsr indique encore beaucoup de goulots d’étranglement  en termes de ressources financières, matérielle et humaines. Ce qui fait qu’à ce jour, le taux annuel de réparation  de la fistule obstétricale  demeure inférieur au taux d’incidence  annuelle », a fait savoir le Dr. Bapitani Basuana Josué Désiré, en ce 23 mai, journée internationale pour l’élimination des fistules, célébrée  sous le thème : «  Rompre le cycle : Prévenir les fistules obstétricales dans le monde ».

Ainsi,  poursuit-il : « Ce thème de l’année est plus interpellateur pour nous du ministère de la Santé publique que pour tous les partenaires qui travaillent  dans le domaine de l’élimination des fistules obstétricales ainsi que les bailleurs de fonds ».

 Même son de cloche pour le Directeur Pays adjoint  du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), le Docteur Kenneth EHOUZOU qui estime que la Rdc a enregistré des progrès remarquable mais beaucoup reste à faire pour atteindre l’objectif de zéro fistule obstétricale dans une génération. Et pour cela, il faut un leadership politique fort pour relever ce défi. Il l’a préconisé en ces termes : «  Avec un leadership politique fort, ainsi que des investissements et des mesures prouvées fortes, nous pouvons mettre fin à ce fléau. Intégrons davantage   la lutte contre les fistules obstétricales dans le plan national de développement sanitaire, le plan stratégique de la couverture sanitaire universelle entres autres et accordons l’attention particulière pour sa mise en œuvre effective ».

Le Directeur-Pays adjoint de  l’UNFPA, a réitéré l’engagement de son agence dans la poursuite de son appui pour améliorer la couverture sanitaire universelle en matière de la Santé Reproductive, Maternelle, Néonatale, des Enfants et des Adolescentes en général et en particulier dans la poursuite de la campagne de l’élimination de la fistule obstétricale.  Car, il estime qu’il n’y aura pas de développement durable tant que des milliers de femmes et filles vivent dans l’exclusion et le non-respect de la dignité humaine.

Plusieurs activités seront organisées dans le cadre de la commémoration de cette journée de l’élimination des fistules obstétricales. Car, le pays est appelé à relever le défi de la couverture sanitaire universelle  dans la perspective d’atteindre la cible de tout au plus un cas de fistule pour 1000 naissances à l’horizon 2030.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles