28.2 C
Kinshasa
vendredi, mai 24, 2024
spot_img

Clôturant sa mission d’appui à la Rdc : Dr. Anja Giphart d’EGPAF plaide pour la réduction de l’âge du consentement au dépistage

La Vice-Présidente exécutive de la Fondation Elisabeth Glaser, spécialisée dans la prise en charge du VH/SIDA pédiatrique, le Docteur Anja Giphart, a plaidé pour la réduction de l’âge du consentement  au dépistage  pour les adolescents, qui légalement ne peuvent se faire dépister qu’à 18 ans.

« (…) notre plaidoyer est axé sur les enfants et les jeunes car ils sont souvent oubliés. Il y a encore des obstacles importants pour réduire l’écart entre les adultes et les enfants en termes d’atteinte des droits (…).  Selon l’ONUSIDA, en République démocratique du Congo l’écart de  traitement entre les adultes et les enfants est si important.  90% pour les adultes et 38% pour les enfants.  La Ptme est estimée à 61 %. Par conséquent, je voudrais solliciter votre attention et action pour ce qui suit : l’âge légal de consentement au dépistage au VIH est toujours fixé à 18 ans ici en Rdc. Ce  qui entrave considérablement les services de dépistage pour les adolescents. De nombreux pays ont surmonté  cet obstacle et donc j’aimerais demander votre aide pour la Rdc pour que l’âge de consentement soit réduit à 14 ans », a plaidé la Vice-président exécutive d’EGPAF. C’était lors d’une réception organisée le mardi 25 avril 2023, en présence de plusieurs autorités congolaises et des partenaires nationaux et internationaux œuvrant dans le secteur de la santé.

La Vice-président exécutive d’EGPAF s’est réjoui du fait que la République démocratique du Congo fasse partie de l’Alliance mondiale pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants, initiée lancée le mardi 2 février à Dar es Salam en République unie de Tanzanie. Ce qui est un point solide  dans la lutte contre le VIH/SIDA pédiatrique, même si le pays est confronté à de nombreux défis en matière de santé. « Et que le VIh n’en est qu’un parmi tant d’autres », a-t-elle souligné.

S’exprimant à son tour, le directeur du Programme national de lutte contre le VIH/SIDA (PNLS), le Docteur Aimé Mboyo, représentant le ministre congolais de la Santé publique, s’est réjoui  à son tour de cette visite de la Vice-présidente exécutive d’EGPAF, qui intervient dans un contexte particulier au niveau international marqué par le lancement de l’Alliance globale alors qu’au niveau national le pays fait face à la guerre d’agression dans sa partie orientale.

« … il faut relever que le Gouvernement  de la République fait face à une guerre d’agression dans sa partie orientale, qui prive de milliers de femmes et d’enfants l’accès à  des services de santé y compris les services de prévention. A travers cette visite, vous avez eu à échanger avec les différents acteurs, prestataires de soins, acteurs communautaires, les partenaires.  Nous voudrions donc tout en saluant cette visite, vous inviter certainement parce que vous avez pris connaissance de nos efforts mais aussi des défis, à faire le plaidoyer à haut niveau puisque la Fondation en est capable de pouvoir porter la voix aux côtés des autorités congolaise mais aussi  des différents partenaires techniques et financiers qui sont  avec nous ici à cette réception », a déclaré le Directeur du PNLS d’un ton monté, avant d’atterrir pour souligner ceci : « La Fondation Elisabeth Glaser est l’un des partenaires sérieux pour la République et en particulier pour le ministère de la Santé publique,  au nom donc du ministre je voudrai saluer ce partenariat et vous inviter encore à faire davantage comme vous le faisiez avant pour que la lutte contre le VIH pédiatrique  soit éliminé d’ici 2030 ».

La Fondation Elisabeth Glaser est l’un des partenaires clés du gouvernement congolais. Et sa mission, a dit son Directeur Pays, le Docteur Aimé Mboyo Loando, est de contribuer à mettre fin au VIH/SIDA chez les enfants, les jeunes…

Outre Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, la Fondation Elisabeth Glaser intervient dans cinq provinces, à savoir : Le Haut Katanga, le Lualaba, le Sud Kivu, le Kasai Oriental, la Tshopo. Ce, en collaboration avec le ministère congolais de la Santé publique et grâce au support technique et financier de : Pepfar, Usaid, Cdc… « Malgré notre paquet complet,  les enfants constituent une grande priorité  pour nous. Les enfants et les jeunes », a rappelé le Directeur-Pays d’EGPAF en Rdc.

Soulignons que c’est depuis 2001 que cette Fondation soutient le ministère congolais de la Santé publique et son Programme national de lutte contre le VIH/SIDA (PNLS).

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Clôturant sa mission d’appui à la Rdc : Dr. Anja Giphart d’EGPAF plaide pour la réduction de l’âge du consentement au dépistage

La Vice-Présidente exécutive de la Fondation Elisabeth Glaser, spécialisée dans la prise en charge du VH/SIDA pédiatrique, le Docteur Anja Giphart, a plaidé pour la réduction de l’âge du consentement  au dépistage  pour les adolescents, qui légalement ne peuvent se faire dépister qu’à 18 ans.

« (…) notre plaidoyer est axé sur les enfants et les jeunes car ils sont souvent oubliés. Il y a encore des obstacles importants pour réduire l’écart entre les adultes et les enfants en termes d’atteinte des droits (…).  Selon l’ONUSIDA, en République démocratique du Congo l’écart de  traitement entre les adultes et les enfants est si important.  90% pour les adultes et 38% pour les enfants.  La Ptme est estimée à 61 %. Par conséquent, je voudrais solliciter votre attention et action pour ce qui suit : l’âge légal de consentement au dépistage au VIH est toujours fixé à 18 ans ici en Rdc. Ce  qui entrave considérablement les services de dépistage pour les adolescents. De nombreux pays ont surmonté  cet obstacle et donc j’aimerais demander votre aide pour la Rdc pour que l’âge de consentement soit réduit à 14 ans », a plaidé la Vice-président exécutive d’EGPAF. C’était lors d’une réception organisée le mardi 25 avril 2023, en présence de plusieurs autorités congolaises et des partenaires nationaux et internationaux œuvrant dans le secteur de la santé.

La Vice-président exécutive d’EGPAF s’est réjoui du fait que la République démocratique du Congo fasse partie de l’Alliance mondiale pour l’élimination du VIH/SIDA chez les enfants, initiée lancée le mardi 2 février à Dar es Salam en République unie de Tanzanie. Ce qui est un point solide  dans la lutte contre le VIH/SIDA pédiatrique, même si le pays est confronté à de nombreux défis en matière de santé. « Et que le VIh n’en est qu’un parmi tant d’autres », a-t-elle souligné.

S’exprimant à son tour, le directeur du Programme national de lutte contre le VIH/SIDA (PNLS), le Docteur Aimé Mboyo, représentant le ministre congolais de la Santé publique, s’est réjoui  à son tour de cette visite de la Vice-présidente exécutive d’EGPAF, qui intervient dans un contexte particulier au niveau international marqué par le lancement de l’Alliance globale alors qu’au niveau national le pays fait face à la guerre d’agression dans sa partie orientale.

« … il faut relever que le Gouvernement  de la République fait face à une guerre d’agression dans sa partie orientale, qui prive de milliers de femmes et d’enfants l’accès à  des services de santé y compris les services de prévention. A travers cette visite, vous avez eu à échanger avec les différents acteurs, prestataires de soins, acteurs communautaires, les partenaires.  Nous voudrions donc tout en saluant cette visite, vous inviter certainement parce que vous avez pris connaissance de nos efforts mais aussi des défis, à faire le plaidoyer à haut niveau puisque la Fondation en est capable de pouvoir porter la voix aux côtés des autorités congolaise mais aussi  des différents partenaires techniques et financiers qui sont  avec nous ici à cette réception », a déclaré le Directeur du PNLS d’un ton monté, avant d’atterrir pour souligner ceci : « La Fondation Elisabeth Glaser est l’un des partenaires sérieux pour la République et en particulier pour le ministère de la Santé publique,  au nom donc du ministre je voudrai saluer ce partenariat et vous inviter encore à faire davantage comme vous le faisiez avant pour que la lutte contre le VIH pédiatrique  soit éliminé d’ici 2030 ».

La Fondation Elisabeth Glaser est l’un des partenaires clés du gouvernement congolais. Et sa mission, a dit son Directeur Pays, le Docteur Aimé Mboyo Loando, est de contribuer à mettre fin au VIH/SIDA chez les enfants, les jeunes…

Outre Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, la Fondation Elisabeth Glaser intervient dans cinq provinces, à savoir : Le Haut Katanga, le Lualaba, le Sud Kivu, le Kasai Oriental, la Tshopo. Ce, en collaboration avec le ministère congolais de la Santé publique et grâce au support technique et financier de : Pepfar, Usaid, Cdc… « Malgré notre paquet complet,  les enfants constituent une grande priorité  pour nous. Les enfants et les jeunes », a rappelé le Directeur-Pays d’EGPAF en Rdc.

Soulignons que c’est depuis 2001 que cette Fondation soutient le ministère congolais de la Santé publique et son Programme national de lutte contre le VIH/SIDA (PNLS).

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles