28.2 C
Kinshasa
samedi, mai 18, 2024
spot_img

Grâce à un financement de l’Ue, le Pam assiste en espèce 1,2 millions de personnes vulnérables à l’est de la Rdc

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a apporté cette année une assistance en espèces à 1,2 million de personnes vulnérables en République démocratique du Congo (RDC) pour un montant total de 17,5 millions de dollars, grâce notamment à une contribution de l’Union européenne (UE).

Cette contribution reçue par l’intermédiaire du service d’aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO), a permis au PAM de fournir une assistance vitale aux populations de l’est de la RDC, où l’intensification de la violence aggrave l’insécurité alimentaire et détruit les moyens de subsistance des personnes.

Le conflit dans l’est du pays reste le principal facteur de l’insécurité alimentaire de la plus grande crise de déplacement en Afrique avec 5,7 millions de personnes déplacées.

« De l’argent pour les familles signifie qu’elles peuvent se permettre d’acheter de la nourriture et des médicaments – c’est essentiel lorsque vous êtes déracinés par le conflit, et que vous avez perdu vos maisons et vos revenus », a déclaré Peter Musoko, directeur pays du PAM en RDC. « Nous devons continuer à être en mesure de répondre à l’échelle de la crise et veiller à ce que les communautés touchées aient un accès continu à l’aide alimentaire critique dont elles ont besoin. »

Alors que la détérioration de la situation sécuritaire limite l’accès du PAM aux personnes les plus dans le besoin, l’argent liquide est l’un des moyens les plus efficaces pour le PAM d’aider les familles déplacées à lutter contre la faim, la malnutrition et à améliorer leur sécurité alimentaire.

« L’UE finance depuis de nombreuses années le PAM dans ses efforts de lutte contre l’insécurité alimentaire dans les zones affectées par le conflit dans l’est de la RDC », déclare Johan Heffinck, chef de bureau de l’aide humanitaire de l’UE en RDC. « Ce partenariat stratégique permet de répondre à nos priorités humanitaires visant à aider les personnes déplacées internes aussi rapidement que possible. Cela rend notre partenariat très important. »

Là où les marchés et les secteurs financiers fonctionnent, mettre l’argent directement dans les mains des gens les aide à acheter ce dont ils ont le plus besoin. Cela leur donne plus de choix et d’indépendance. La dernière analyse du PAM montre que grâce à l’assistance reçue, plus de 10 pour cent des personnes assistées en Ituri, au Nord-Kivu, au Sud-Kivu, au Tanganyika et au Haut-Katanga ont un score acceptable de consommation alimentaire, ce qui représente une augmentation de plus de 4 pour cent par rapport à 2021.  

« Entre l’assistance alimentaire en nature et en espèces, j’ai préféré l’assistance en espèces car, ayant tout perdu, nous sommes en mesure de mieux prioriser les besoins », a déclaré Emedi Kisimba, qui a bénéficié de l’assistance en espèces du PAM en 2021. « J’ai investi mon argent dans le bétail, que je vends pour payer les frais de scolarité de mes trois petits frères qui sont à l’école secondaire. Je vends également des chèvres pour payer les soins de santé de mes enfants et pour les dépenses alimentaires. »

Selon la dernière analyse du Cadre intégré de la classification de la sécurité alimentaire (IPC), plus de 26 millions de personnes, soit un quart de la population, sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë (phase 3 sur 5 de l’IPC et au-delà). Le maintien d’une assistance alimentaire régulière est vital, surtout pendant la période de soudure. Même lorsque la nourriture est disponible, la hausse des prix, due en partie à l’augmentation des coûts du carburant et du transport, ne permet pas aux ménages vulnérables d’avoir les moyens de se procurer une nourriture nutritive suffisante et appropriée.

Le soutien continu de donateurs tels que l’Union européenne constitue une bouée de sauvetage pour les familles de la RDC confrontées à une insécurité accrue et à une détérioration des conditions socio-économiques. Malgré l’environnement opérationnel difficile, le PAM prévoit d’atteindre un nombre record de 8,6 millions de personnes en RDC cette année – plus de deux millions de plus qu’en 2021 et a besoin de 116 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les programmes essentiels pour les six prochains mois.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Grâce à un financement de l’Ue, le Pam assiste en espèce 1,2 millions de personnes vulnérables à l’est de la Rdc

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a apporté cette année une assistance en espèces à 1,2 million de personnes vulnérables en République démocratique du Congo (RDC) pour un montant total de 17,5 millions de dollars, grâce notamment à une contribution de l’Union européenne (UE).

Cette contribution reçue par l’intermédiaire du service d’aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO), a permis au PAM de fournir une assistance vitale aux populations de l’est de la RDC, où l’intensification de la violence aggrave l’insécurité alimentaire et détruit les moyens de subsistance des personnes.

Le conflit dans l’est du pays reste le principal facteur de l’insécurité alimentaire de la plus grande crise de déplacement en Afrique avec 5,7 millions de personnes déplacées.

« De l’argent pour les familles signifie qu’elles peuvent se permettre d’acheter de la nourriture et des médicaments – c’est essentiel lorsque vous êtes déracinés par le conflit, et que vous avez perdu vos maisons et vos revenus », a déclaré Peter Musoko, directeur pays du PAM en RDC. « Nous devons continuer à être en mesure de répondre à l’échelle de la crise et veiller à ce que les communautés touchées aient un accès continu à l’aide alimentaire critique dont elles ont besoin. »

Alors que la détérioration de la situation sécuritaire limite l’accès du PAM aux personnes les plus dans le besoin, l’argent liquide est l’un des moyens les plus efficaces pour le PAM d’aider les familles déplacées à lutter contre la faim, la malnutrition et à améliorer leur sécurité alimentaire.

« L’UE finance depuis de nombreuses années le PAM dans ses efforts de lutte contre l’insécurité alimentaire dans les zones affectées par le conflit dans l’est de la RDC », déclare Johan Heffinck, chef de bureau de l’aide humanitaire de l’UE en RDC. « Ce partenariat stratégique permet de répondre à nos priorités humanitaires visant à aider les personnes déplacées internes aussi rapidement que possible. Cela rend notre partenariat très important. »

Là où les marchés et les secteurs financiers fonctionnent, mettre l’argent directement dans les mains des gens les aide à acheter ce dont ils ont le plus besoin. Cela leur donne plus de choix et d’indépendance. La dernière analyse du PAM montre que grâce à l’assistance reçue, plus de 10 pour cent des personnes assistées en Ituri, au Nord-Kivu, au Sud-Kivu, au Tanganyika et au Haut-Katanga ont un score acceptable de consommation alimentaire, ce qui représente une augmentation de plus de 4 pour cent par rapport à 2021.  

« Entre l’assistance alimentaire en nature et en espèces, j’ai préféré l’assistance en espèces car, ayant tout perdu, nous sommes en mesure de mieux prioriser les besoins », a déclaré Emedi Kisimba, qui a bénéficié de l’assistance en espèces du PAM en 2021. « J’ai investi mon argent dans le bétail, que je vends pour payer les frais de scolarité de mes trois petits frères qui sont à l’école secondaire. Je vends également des chèvres pour payer les soins de santé de mes enfants et pour les dépenses alimentaires. »

Selon la dernière analyse du Cadre intégré de la classification de la sécurité alimentaire (IPC), plus de 26 millions de personnes, soit un quart de la population, sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë (phase 3 sur 5 de l’IPC et au-delà). Le maintien d’une assistance alimentaire régulière est vital, surtout pendant la période de soudure. Même lorsque la nourriture est disponible, la hausse des prix, due en partie à l’augmentation des coûts du carburant et du transport, ne permet pas aux ménages vulnérables d’avoir les moyens de se procurer une nourriture nutritive suffisante et appropriée.

Le soutien continu de donateurs tels que l’Union européenne constitue une bouée de sauvetage pour les familles de la RDC confrontées à une insécurité accrue et à une détérioration des conditions socio-économiques. Malgré l’environnement opérationnel difficile, le PAM prévoit d’atteindre un nombre record de 8,6 millions de personnes en RDC cette année – plus de deux millions de plus qu’en 2021 et a besoin de 116 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les programmes essentiels pour les six prochains mois.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles