24.2 C
Kinshasa
jeudi, mai 23, 2024
spot_img

Insécurité alimentaire en Rdc: Les résultats d’IPC validés

Les secrétaires généraux ont validé les résultats de l’analyse sur l’insécurité alimentaire Ipc 20è cycle, démontrant que 27 millions de Congolais  vivent en insécurité alimentaire.  C’était hier à l’issue de l’atelier de restitution et de validation, organisé par le Ministre congolais de l’Agriculture avec l’appui de ses partenaires, dont le Programme alimentaire mondial (Pam), Fao.

27 millions de personnes, soit 26% de Congolais vivent en insécurité alimentaire aigue. Ces personnes  ont besoin d’une intervention urgente. Le chiffre  le plus élevé de la population en insécurité alimentaire a connu  son pic à cause de la pandémie de la Covid19, renseignent ces résultats.

Aussi, des territoires Djugu, Kamonia, Luebo, Dibaya et Luiza restent les plus touchés par cette situation catastrophique.

Plusieurs facteurs sont à base de cela. On peut citer la faible performance  de l’agriculture, des conflits et déplacements de populations, la pandémie de la Covid 19 et des chocs économiques.

Pour pallier à cette situation dramatique, le Groupe technique, constitué de plusieurs experts venus du Ministère de l’Agriculture,  de la Santé et des partenaires, dont Fao, Pam, de la Communauté humanitaire…  ont formulé des recommandations.

D’un ton fort et monté, ils ont par leur président, recommandé de mener des actions urgentes en soutien aux populations qui se trouvent déjà en phase 3. De soutenir les moyens d’existence en crise, de soutenir le pouvoir d’achat des ménages et aussi de renforcer les mesures de lutte contre les maladies d’origine hydrique.

« Nous recommandons le renforcement des capacités de résilience des ménages,  d’approfondir la réflexion pour la maitrise de la saisonnalité de la survenue de malnutrition, d’augmenter la couverture des enquêtes  sur  la malnutrition »,  a indiqué de son côté Monsieur Norbert Baya du Programme national pour la nutrition (Pronanut).

S’exprimant sur les causes profondes de la malnutrition en Rdc, la représentante de la Communauté humanitaire s’est voulue prévoyante. Car, dit-elle, «  les prévisions coutent moins chers que le traitement ».
Cependant face à la réalité déjà profonde, elle a  interpellé les autorités du pays en ces termes. «  Les réponses  aux besoins de sécurité alimentaire nécessitent  un engagement très fort de la part du gouvernement ». C’était avant d’assurer par ailleurs, le soutien et l’engagement des partenaires ainsi que de la  Communauté humanitaire aux réformes à prendre.

«  Je remercie tout le monde pour les efforts conjugués afin qu’on arrive à un résultat escompté, palpable que tout le monde ignorait. Mais là, nous sommes arrivés  aux résultats qu’il y a l’insécurité alimentaire », a dit le secrétaire général au ministère de l’Agriculture, Monsieur Baudoin  Kalala.

Au  nom du ministre représenté, il a promis de dresser un tableau de bord pour travailler conjointement avec Ipc et d’autres partenaires pour renforcer la stratégie  afin de juguler l’insécurité alimentaire qui secoue le pays.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Insécurité alimentaire en Rdc: Les résultats d’IPC validés

Les secrétaires généraux ont validé les résultats de l’analyse sur l’insécurité alimentaire Ipc 20è cycle, démontrant que 27 millions de Congolais  vivent en insécurité alimentaire.  C’était hier à l’issue de l’atelier de restitution et de validation, organisé par le Ministre congolais de l’Agriculture avec l’appui de ses partenaires, dont le Programme alimentaire mondial (Pam), Fao.

27 millions de personnes, soit 26% de Congolais vivent en insécurité alimentaire aigue. Ces personnes  ont besoin d’une intervention urgente. Le chiffre  le plus élevé de la population en insécurité alimentaire a connu  son pic à cause de la pandémie de la Covid19, renseignent ces résultats.

Aussi, des territoires Djugu, Kamonia, Luebo, Dibaya et Luiza restent les plus touchés par cette situation catastrophique.

Plusieurs facteurs sont à base de cela. On peut citer la faible performance  de l’agriculture, des conflits et déplacements de populations, la pandémie de la Covid 19 et des chocs économiques.

Pour pallier à cette situation dramatique, le Groupe technique, constitué de plusieurs experts venus du Ministère de l’Agriculture,  de la Santé et des partenaires, dont Fao, Pam, de la Communauté humanitaire…  ont formulé des recommandations.

D’un ton fort et monté, ils ont par leur président, recommandé de mener des actions urgentes en soutien aux populations qui se trouvent déjà en phase 3. De soutenir les moyens d’existence en crise, de soutenir le pouvoir d’achat des ménages et aussi de renforcer les mesures de lutte contre les maladies d’origine hydrique.

« Nous recommandons le renforcement des capacités de résilience des ménages,  d’approfondir la réflexion pour la maitrise de la saisonnalité de la survenue de malnutrition, d’augmenter la couverture des enquêtes  sur  la malnutrition »,  a indiqué de son côté Monsieur Norbert Baya du Programme national pour la nutrition (Pronanut).

S’exprimant sur les causes profondes de la malnutrition en Rdc, la représentante de la Communauté humanitaire s’est voulue prévoyante. Car, dit-elle, «  les prévisions coutent moins chers que le traitement ».
Cependant face à la réalité déjà profonde, elle a  interpellé les autorités du pays en ces termes. «  Les réponses  aux besoins de sécurité alimentaire nécessitent  un engagement très fort de la part du gouvernement ». C’était avant d’assurer par ailleurs, le soutien et l’engagement des partenaires ainsi que de la  Communauté humanitaire aux réformes à prendre.

«  Je remercie tout le monde pour les efforts conjugués afin qu’on arrive à un résultat escompté, palpable que tout le monde ignorait. Mais là, nous sommes arrivés  aux résultats qu’il y a l’insécurité alimentaire », a dit le secrétaire général au ministère de l’Agriculture, Monsieur Baudoin  Kalala.

Au  nom du ministre représenté, il a promis de dresser un tableau de bord pour travailler conjointement avec Ipc et d’autres partenaires pour renforcer la stratégie  afin de juguler l’insécurité alimentaire qui secoue le pays.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles