24.2 C
Kinshasa
jeudi, mai 23, 2024
spot_img

Journée des droits de la femme : l’Ucop+ met en exergue le noble travail de la «  Mère-mentor »

 L’Union congolaise des organisations de personnes vivantes avec le VIH/SIDA (Ucop+) a organisé une matinée de sensibilisation à l’intention des femmes et jeunes filles sur l’importance de la Prévention de la transmission de la mère à l’enfant (Ptme) en mettant l’accent sur le  noble travail de la « Mère Mentor ». C’était le mardi 08 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme.

Célébrée sous le thème : «   L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable », la journée du  mardi 08 mars 2022,  a été émaillée de plusieurs interventions et des sous thèmes de hautes factures, décortiquées  dans le seul but de conscientiser, de louer et de souligner l’apport de la femme dans la lutte contre le VIH/SIDA, le réchauffement climatique, les violences sexuelles basées sur le genre. Autant de sujets ont été exploités à la grande satisfaction d’une soixantaine de participantes venues de tous les coins de la capitale.

S’exprimant à cet effet, la vice-président de l’Ucop + province de Kinshasa, Mme. Paulette Sefu, a fait savoir que cette activité a pour objectif de contribuer à la réduction de l’impact négatif  des inégalités entre les sexes.  Et donc, pour elle, il n’est pas normal que la femme soit laissée pour compte lorsqu’on évoque des grands sujets qui touchent l’humanité.   

S’attardant sur l’essentiel de la journée, la vice-présidente de l’Ucop+ Kinshasa, a fait savoir que «  la Mère mentor » est cette femme, qui accompagne toute femme enceinte ou qui allaite, vivant avec le VIH, afin que l’enfant ne soit pas contaminé. «  La Mère-mentor contribue pour atteindre l’objectif 1 de trois zéro (000), soit zéro nouveau-né infecté  du VIH avec  le projet Rétention. Le travail de ces mères  est essentiellement de booster l’utilisation des services de la Ptme dans les maternités afin de protéger l’enfant qui est exposé », a-t- elle dit. C’était avant d’être soutenue par Mme Judith Ntumba, qui a précisé que les « Mères mentors » jouent vraiment un rôle capital dans le suivi à domicile des femmes enceintes vivant avec le VIH.

Abordant la thématique relative au réchauffement climatique, Mme Julie Madila du Centre d’expertise en Droits humains et criminologie (Cedhuc)  a interpellé l’assistance sur les effets néfastes de cela. Pour elle, les femmes qui sont plus nombreuses que les hommes, ne doivent pas continuellement  être victimes des effets climatiques, dont les érosions, des fortes chaleurs…. « Il est temps que la femme se décide, se lève et prenne des grandes décisions contre la pollution de l’environnement, contre le réchauffement climatique. Il s’agit pour la femme de ne pas par exemple jeter des immondices dans les caniveaux… », a-t-elle indiqué d’un ton élevé.

Une scénettes illustrant le travail des «  Mères mentors » a été jouée sur place, devant le bâtiment du Cedhuc. Ce qui a donné à son coordonnateur national, Monsieur Serge Tamundele, l’occasion de glisser un mot à cette fête. Sans détours, il a dit ceci : «  Après avoir suivi toutes les interventions ici, que chacune en ce qui la concerne prenne des bonnes décisions ».

Soulignons que cette activité a été organisée en collaboration avec l’Ong Cedhuc et financée par l’Ong internationale Cordaid, appuyé par le Fonds mondial.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Journée des droits de la femme : l’Ucop+ met en exergue le noble travail de la «  Mère-mentor »

 L’Union congolaise des organisations de personnes vivantes avec le VIH/SIDA (Ucop+) a organisé une matinée de sensibilisation à l’intention des femmes et jeunes filles sur l’importance de la Prévention de la transmission de la mère à l’enfant (Ptme) en mettant l’accent sur le  noble travail de la « Mère Mentor ». C’était le mardi 08 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme.

Célébrée sous le thème : «   L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable », la journée du  mardi 08 mars 2022,  a été émaillée de plusieurs interventions et des sous thèmes de hautes factures, décortiquées  dans le seul but de conscientiser, de louer et de souligner l’apport de la femme dans la lutte contre le VIH/SIDA, le réchauffement climatique, les violences sexuelles basées sur le genre. Autant de sujets ont été exploités à la grande satisfaction d’une soixantaine de participantes venues de tous les coins de la capitale.

S’exprimant à cet effet, la vice-président de l’Ucop + province de Kinshasa, Mme. Paulette Sefu, a fait savoir que cette activité a pour objectif de contribuer à la réduction de l’impact négatif  des inégalités entre les sexes.  Et donc, pour elle, il n’est pas normal que la femme soit laissée pour compte lorsqu’on évoque des grands sujets qui touchent l’humanité.   

S’attardant sur l’essentiel de la journée, la vice-présidente de l’Ucop+ Kinshasa, a fait savoir que «  la Mère mentor » est cette femme, qui accompagne toute femme enceinte ou qui allaite, vivant avec le VIH, afin que l’enfant ne soit pas contaminé. «  La Mère-mentor contribue pour atteindre l’objectif 1 de trois zéro (000), soit zéro nouveau-né infecté  du VIH avec  le projet Rétention. Le travail de ces mères  est essentiellement de booster l’utilisation des services de la Ptme dans les maternités afin de protéger l’enfant qui est exposé », a-t- elle dit. C’était avant d’être soutenue par Mme Judith Ntumba, qui a précisé que les « Mères mentors » jouent vraiment un rôle capital dans le suivi à domicile des femmes enceintes vivant avec le VIH.

Abordant la thématique relative au réchauffement climatique, Mme Julie Madila du Centre d’expertise en Droits humains et criminologie (Cedhuc)  a interpellé l’assistance sur les effets néfastes de cela. Pour elle, les femmes qui sont plus nombreuses que les hommes, ne doivent pas continuellement  être victimes des effets climatiques, dont les érosions, des fortes chaleurs…. « Il est temps que la femme se décide, se lève et prenne des grandes décisions contre la pollution de l’environnement, contre le réchauffement climatique. Il s’agit pour la femme de ne pas par exemple jeter des immondices dans les caniveaux… », a-t-elle indiqué d’un ton élevé.

Une scénettes illustrant le travail des «  Mères mentors » a été jouée sur place, devant le bâtiment du Cedhuc. Ce qui a donné à son coordonnateur national, Monsieur Serge Tamundele, l’occasion de glisser un mot à cette fête. Sans détours, il a dit ceci : «  Après avoir suivi toutes les interventions ici, que chacune en ce qui la concerne prenne des bonnes décisions ».

Soulignons que cette activité a été organisée en collaboration avec l’Ong Cedhuc et financée par l’Ong internationale Cordaid, appuyé par le Fonds mondial.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles