23.2 C
Kinshasa
lundi, juin 24, 2024
spot_img

Journée mondiale des Orphelins du VIH/SIDA : « La Main sur le Cœur » plaide pour la prise en compte de la journée du 07 mai  

L’Asbl “ la Main sur le Cœur”, spécialisée dans l’accompagnement et la prise en charge des orphelins vivant avec le VIH/SIDA, plaide pour que la date du 07 mai soit célébrée et prise en compte par tout le monde.   

«  Personnellement, je me suis rendue compte que l’on ne parle de la journée des orphelins du SIDA que par l’Asbl la Main sur le Cœur. Pourtant, on n’a pas à porter seule cette problématique (…) Lorsqu’on parle du 1er décembre,  il y a tout le monde qui se mobilise, mais pourquoi il y a cette différence pour le 07 mai. Il  faut qu’il y ait plusieurs autres associations qui se lèvent pour la journée mondiale des orphelins du SIDA. Il ne faut pas que ça soit seulement une seule association »,  s’est plainte la présidente de cette Asbl, Mme Dany Nyembwe, visiblement un peu déçue de porter seule le poids des enfants malades. C’était lors d’un entretien eu avec congocroissance.com en marge de la célébration de cette journée.

Parlant du VIH, cette activiste de lutte contre cette pandémie, affirme avoir constaté que la particularité des enfants est oubliée. Elle l’a dit en ces termes : «  (…) on oublie que les enfants ne prennent pas les mêmes doses de médicament que des adultes.  Comment on ne met pas d’accent dessus (…)  Ce n’est pas seulement un problème au Congo. C’est un peu partout et jusque-là je n’arrive pas à comprendre ».

Si la tradition n’a pas été respectée l’année passée à cause de la pandémie de la Covid 19, qui a retenu l’attention  de la planète au point de détourner les regards des partenaires et des gouvernements sur les autres pandémies, la journée du 07 mai 2022 ne passera pas inaperçue.

A cet effet, a dit sa présidente, «  La Main sur le Cœur » va organiser un diner de Gala en faveur des orphelins vivants avec le VIH/SIDA.

«  Pour cette année, on  veut un peu laisser libre cours aux gens afin de comprendre cette maladie, la souffrance des enfants. On ne veut pas cette année faire témoigner les enfants. On veut que les adultes prennent place  et qu’ils se disent si c’était mon enfant comment j’allais me comporter. On veut que pendant la soirée les gens parlent du VIH », s’est exprimée Mme Dany Nyembwe avant de lâcher un léger sourire.

Le souhait ici est que chacun puisse s’approprier de cette maladie. Parce que, a-t-elle insisté : «  Pendant la Covid, on a vu qu’on avait carrément abandonné le VIH et que les gens étaient concentrés à la Covid alors qu’il y a eu des PVVIH qui étaient aussi atteintes de la Covid et en sont mortes. Donc, on ne peut pas oublier une maladie lorsqu’une autre arrive. Ce n’est pas possible. Il faut qu’on arrive à faire la part des choses ».

 «  La Main sur le cœur » ne prévoit rien pendant la journée. Elle va  plutôt se concentrer à la réussite de ce diner de Gala, à donner de la couleur à cette rencontre humanitaire comme c’était le cas les années antérieures, où les belles âmes viennent pour soutenir cette cause noble.

La première partie des fonds qui seront récoltés au cours de cette soirée, servira à payer les études des orphelins vivant avec le VIH/SIDA, qui sont à l’université, aux humanités…  Et la deuxième partie est utilisée  dans la réfection des bâtiments des maladies infectieuses. Un travail très couteux et fastidieux, qui nécessite de l’entretien au quotidien. C’est le cas à la pédiatrie de Kalembe lembe, de l’hôpital de Référence de Kintambo, où des salles ont été réhabilitées et équipées en faveur des enfants malades, aux Cliniques universitaires de Kinshasa mais aussi dans l’arrière du pays à l’hôpital de référence de Kisangani dans la province de la Tshopo.  

Cependant, au regard de plusieurs contraintes qu’imposent les réhabilitations des bâtiments des unités de maladies infectieuses, l’Asbl a résolu carrément d’y mettre fin. Elle se concentre par contre, à la construction d’un centre conviviale, où il y aura différents modules et les bénéficiaires, qui sont les enfants pourront apprendre un métier.  

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Journée mondiale des Orphelins du VIH/SIDA : « La Main sur le Cœur » plaide pour la prise en compte de la journée du 07 mai  

L’Asbl “ la Main sur le Cœur”, spécialisée dans l’accompagnement et la prise en charge des orphelins vivant avec le VIH/SIDA, plaide pour que la date du 07 mai soit célébrée et prise en compte par tout le monde.   

«  Personnellement, je me suis rendue compte que l’on ne parle de la journée des orphelins du SIDA que par l’Asbl la Main sur le Cœur. Pourtant, on n’a pas à porter seule cette problématique (…) Lorsqu’on parle du 1er décembre,  il y a tout le monde qui se mobilise, mais pourquoi il y a cette différence pour le 07 mai. Il  faut qu’il y ait plusieurs autres associations qui se lèvent pour la journée mondiale des orphelins du SIDA. Il ne faut pas que ça soit seulement une seule association »,  s’est plainte la présidente de cette Asbl, Mme Dany Nyembwe, visiblement un peu déçue de porter seule le poids des enfants malades. C’était lors d’un entretien eu avec congocroissance.com en marge de la célébration de cette journée.

Parlant du VIH, cette activiste de lutte contre cette pandémie, affirme avoir constaté que la particularité des enfants est oubliée. Elle l’a dit en ces termes : «  (…) on oublie que les enfants ne prennent pas les mêmes doses de médicament que des adultes.  Comment on ne met pas d’accent dessus (…)  Ce n’est pas seulement un problème au Congo. C’est un peu partout et jusque-là je n’arrive pas à comprendre ».

Si la tradition n’a pas été respectée l’année passée à cause de la pandémie de la Covid 19, qui a retenu l’attention  de la planète au point de détourner les regards des partenaires et des gouvernements sur les autres pandémies, la journée du 07 mai 2022 ne passera pas inaperçue.

A cet effet, a dit sa présidente, «  La Main sur le Cœur » va organiser un diner de Gala en faveur des orphelins vivants avec le VIH/SIDA.

«  Pour cette année, on  veut un peu laisser libre cours aux gens afin de comprendre cette maladie, la souffrance des enfants. On ne veut pas cette année faire témoigner les enfants. On veut que les adultes prennent place  et qu’ils se disent si c’était mon enfant comment j’allais me comporter. On veut que pendant la soirée les gens parlent du VIH », s’est exprimée Mme Dany Nyembwe avant de lâcher un léger sourire.

Le souhait ici est que chacun puisse s’approprier de cette maladie. Parce que, a-t-elle insisté : «  Pendant la Covid, on a vu qu’on avait carrément abandonné le VIH et que les gens étaient concentrés à la Covid alors qu’il y a eu des PVVIH qui étaient aussi atteintes de la Covid et en sont mortes. Donc, on ne peut pas oublier une maladie lorsqu’une autre arrive. Ce n’est pas possible. Il faut qu’on arrive à faire la part des choses ».

 «  La Main sur le cœur » ne prévoit rien pendant la journée. Elle va  plutôt se concentrer à la réussite de ce diner de Gala, à donner de la couleur à cette rencontre humanitaire comme c’était le cas les années antérieures, où les belles âmes viennent pour soutenir cette cause noble.

La première partie des fonds qui seront récoltés au cours de cette soirée, servira à payer les études des orphelins vivant avec le VIH/SIDA, qui sont à l’université, aux humanités…  Et la deuxième partie est utilisée  dans la réfection des bâtiments des maladies infectieuses. Un travail très couteux et fastidieux, qui nécessite de l’entretien au quotidien. C’est le cas à la pédiatrie de Kalembe lembe, de l’hôpital de Référence de Kintambo, où des salles ont été réhabilitées et équipées en faveur des enfants malades, aux Cliniques universitaires de Kinshasa mais aussi dans l’arrière du pays à l’hôpital de référence de Kisangani dans la province de la Tshopo.  

Cependant, au regard de plusieurs contraintes qu’imposent les réhabilitations des bâtiments des unités de maladies infectieuses, l’Asbl a résolu carrément d’y mettre fin. Elle se concentre par contre, à la construction d’un centre conviviale, où il y aura différents modules et les bénéficiaires, qui sont les enfants pourront apprendre un métier.  

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles