29.7 C
Kinshasa
vendredi, mai 24, 2024
spot_img

Kongo-Central : la cité de Muanda passe les fêtes de fin d’année sans électricité

Les festivités de Noël et du nouvel an restent encore moroses cette année, à la suite du manque de courant depuis toujours dans la cité côtière de Muanda au Kongo-Central. Le coordonnateur de la société civile force vive de Muanda a déclaré le 25 decembre que cette cité qui regorge deux sociétés pétrolières ressemble à un vrai village en cette période festive. 

Pour Jelson Sisi Vimpi, l’ambiance musicale est quasi inexistante, puisque les discothèques sont paralysées par le manque d’électricité. 

Il estime que les habitants de Muanda ne sont pas écoutés, car toutes les institutions du pays ont été saisies concernant cette situation. 

Selon le coordonnateur de la société, les générateurs à gaz de la SNEL entretenus par la PERENCO, ne desservent qu’une  fine partie de la cité, habitée par les privilégiés, estimée à 5 % de l’ensemble de la population de Muanda. 

Jelson Sisi Vimpi indique que la population est préoccupée surtout par  le conditionnement des vivres frais que  donnent leurs entreprises dans le cadre de la gratification annuelle. 

Pour conserver ces vivres, les bénéficiaires font 15  kilomètres  de route pour se rendre à une chambre froide située à Banana, une agglomération électrifiée par la ligne de la Perenco de Kinkazi. Cette chambre de conservation des vivres frais est  sujette des pannes récurentes. Sur place, le montant  de conservation journalière varie de 1000  a 5000 francs congolais, selon le volume du colis à faire conserver. 

D’après ce dernier, l’ambiance musicale est absente puisque les discothèques sont aussi paralysées par ce manque du courant électrique. Il ajoute que même les stations des radios locales situées toutes dans des quartiers populaires, leurs fonctionnements posent problème.  

Jelson Sisi Vimpi précise  que les 3000 mètres de câbles électriques que l’épouse du Chef de l’État avait remis à la SNEL Muanda  lors de son passage dans ce coin pays, n’ont servi  a rien jusqu’à présent, du fait qu’il n’y aucun réseau de production  du courant électrique de la SNEL à Muanda. 

En 2015, la société civile de Muanda avait fait le déplacement de Kinshasa  pour déposer un cahier des charges par rapport à l’électricité à la  présidence  de la république, aux deux chambres du parlement, ainsi qu’à la primature. 

Depuis lors, cette structure n’a pas reçu une lettre d’accusé de réception. Pourtant selon le coordonnateur de la société civile, Muanda  est une entité qui fournit beaucoup d’argent dans le budget national grâce aux entreprises pétrolières qui y exploitent.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Kongo-Central : la cité de Muanda passe les fêtes de fin d’année sans électricité

Les festivités de Noël et du nouvel an restent encore moroses cette année, à la suite du manque de courant depuis toujours dans la cité côtière de Muanda au Kongo-Central. Le coordonnateur de la société civile force vive de Muanda a déclaré le 25 decembre que cette cité qui regorge deux sociétés pétrolières ressemble à un vrai village en cette période festive. 

Pour Jelson Sisi Vimpi, l’ambiance musicale est quasi inexistante, puisque les discothèques sont paralysées par le manque d’électricité. 

Il estime que les habitants de Muanda ne sont pas écoutés, car toutes les institutions du pays ont été saisies concernant cette situation. 

Selon le coordonnateur de la société, les générateurs à gaz de la SNEL entretenus par la PERENCO, ne desservent qu’une  fine partie de la cité, habitée par les privilégiés, estimée à 5 % de l’ensemble de la population de Muanda. 

Jelson Sisi Vimpi indique que la population est préoccupée surtout par  le conditionnement des vivres frais que  donnent leurs entreprises dans le cadre de la gratification annuelle. 

Pour conserver ces vivres, les bénéficiaires font 15  kilomètres  de route pour se rendre à une chambre froide située à Banana, une agglomération électrifiée par la ligne de la Perenco de Kinkazi. Cette chambre de conservation des vivres frais est  sujette des pannes récurentes. Sur place, le montant  de conservation journalière varie de 1000  a 5000 francs congolais, selon le volume du colis à faire conserver. 

D’après ce dernier, l’ambiance musicale est absente puisque les discothèques sont aussi paralysées par ce manque du courant électrique. Il ajoute que même les stations des radios locales situées toutes dans des quartiers populaires, leurs fonctionnements posent problème.  

Jelson Sisi Vimpi précise  que les 3000 mètres de câbles électriques que l’épouse du Chef de l’État avait remis à la SNEL Muanda  lors de son passage dans ce coin pays, n’ont servi  a rien jusqu’à présent, du fait qu’il n’y aucun réseau de production  du courant électrique de la SNEL à Muanda. 

En 2015, la société civile de Muanda avait fait le déplacement de Kinshasa  pour déposer un cahier des charges par rapport à l’électricité à la  présidence  de la république, aux deux chambres du parlement, ainsi qu’à la primature. 

Depuis lors, cette structure n’a pas reçu une lettre d’accusé de réception. Pourtant selon le coordonnateur de la société civile, Muanda  est une entité qui fournit beaucoup d’argent dans le budget national grâce aux entreprises pétrolières qui y exploitent.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles