24.2 C
Kinshasa
jeudi, mai 23, 2024
spot_img

La Suède apporte 12,2 millions de dollars pour renforcer la résilience et les systèmes de subsistance durables des petits exploitants agricoles du Kasaï et du Kasaï Central

9 000 ménages de petits exploitants agricoles accèdent à des opportunités de développement économique. Le Kasaï et le Kasaï Central, dans le centre-sud de la République Démocratique du Congo (RDC), peuvent compter sur un sol fertile abondant, équivalent à près de 10 pour cent des terres arables du pays, ce qui fait de ces provinces une zone stratégique pour le développement de la chaîne de valeur agricole.

En 2016, les deux provinces sortaient d’une période de conflits violents qui ont fragilisé le tissu communautaire et le développement économique. Aujourd’hui, bien que la situation se soit stabilisée, la sécurité alimentaire et la cohésion sociale demeurent encore précaires. D’après le 20ème cycle de l’IPC (Integrated Food Security Phase Classification) 46% de la population du Kasaï et 41% de la population du Kasaï Central sont dans un état de crise alimentaire aigüe (phase 3+).

Face à ces enjeux, le Royaume de Suède a octroyé un financement de 101,2 millions de couronne suédoises soit 12.2 millions de dollars pour soutenir le programme « Renforcement de la résilience et des systèmes de subsistance durables des petits exploitants agricoles dans les provinces du Kasaï et du Kasaï Central en République démocratique du Congo (RDC) » mis en œuvre conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Un total de 9 000 ménages de petits exploitants agricoles seront bénéficiaires de ce projet qui vise à créer des opportunités économiques dans le secteur agricole pour la population du Kasaï et du Kasaï Central.  Le projet a des effets à court et à long terme. À court terme, il vise à améliorer la façon dont les récoltes sont cultivées et vendues, en réduisant les pertes, en améliorant la transformation et la commercialisation, et en créant plus d’emplois grâce à l’approche « Food Assistance for Assets » (assistance alimentaire pour les actifs). À long terme, le projet vise à créer davantage d’opportunités économiques et à donner aux femmes, aux hommes et aux jeunes les moyens de participer à leur propre développement. Pour y parvenir, le projet se concentrera sur la mobilisation des communautés, les initiatives de renforcement des capacités et la construction d’infrastructures. L’accent sera également mis sur l’amélioration de la nutrition au niveau communautaire.

Développer la chaîne de valeur agricole

« Dans le cadre du retrait de la MONUSCO au Grand Kasaï, la FAO et le PAM engagent leurs efforts en faveur de la consolidation de la paix  » explique Anne-Klervi Cherrière, chargée de programme résilience au FAO en RDC. Ce projet est basé sur le triple-nexus Humanitaire-Paix-Développement et intervient au niveau communautaire pour renforcer la résilience des producteurs agricoles.

« En investissant dans le capital humain et dans les actifs ruraux la FAO et le PAM vont soutenir la création d’opportunités génératrices de revenus et renforcer la capacité des communautés locales à supporter les chocs » a noté Edouard Kamou, chef du programme de la résilience du PAM en RDC. A travers un soutien à la production, la diversification et la commercialisation alimentaires durables, les petits exploitants agricoles de la région vont améliorer leur accès aux marchés et diversifier leurs revenus.

Sur le long terme, l’impact attendu est de favoriser la création d’opportunités économiques et l’autonomisation des femmes, des hommes et des jeunes pour qu’ils participent à leur propre processus de développement. Des activités spécifiques seront déployées pour renforcer la résolution pacifique des conflits au niveau de communautés.

Un programme conjoint en faveur de la résilience des populations rurales

En RDC, la FAO, le PAM et l’UNICEF mettent en œuvre conjointement des programmes de résilience dans l’est (Nord-Kivu, Sud-Kivu et Tanganyika), le nord-ouest du pays (Nord-Ubangi et Sud-Ubangi) et le Kasaï et Kasaï Central. Ces activités ciblent un total de 100 000 ménages, bénéficiant à environ 600 000 personnes dans les cinq provinces, avec des fonds de l’Allemagne, de la Suède, du Canada, et de la Norvège.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est le plus grand organisme humanitaire au monde, il sauve des vies en situations d’urgence et utilise l’assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d’un conflit ou d’une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique.

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est l’agence spécialisée des Nations Unies qui mène les efforts internationaux vers l’élimination de la faim. Notre objectif est d’atteindre la sécurité alimentaire pour tous et d’assurer un accès régulier et suffisant à une nourriture de bonne qualité permettant à tous, de mener une vie saine et active.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

La Suède apporte 12,2 millions de dollars pour renforcer la résilience et les systèmes de subsistance durables des petits exploitants agricoles du Kasaï et du Kasaï Central

9 000 ménages de petits exploitants agricoles accèdent à des opportunités de développement économique. Le Kasaï et le Kasaï Central, dans le centre-sud de la République Démocratique du Congo (RDC), peuvent compter sur un sol fertile abondant, équivalent à près de 10 pour cent des terres arables du pays, ce qui fait de ces provinces une zone stratégique pour le développement de la chaîne de valeur agricole.

En 2016, les deux provinces sortaient d’une période de conflits violents qui ont fragilisé le tissu communautaire et le développement économique. Aujourd’hui, bien que la situation se soit stabilisée, la sécurité alimentaire et la cohésion sociale demeurent encore précaires. D’après le 20ème cycle de l’IPC (Integrated Food Security Phase Classification) 46% de la population du Kasaï et 41% de la population du Kasaï Central sont dans un état de crise alimentaire aigüe (phase 3+).

Face à ces enjeux, le Royaume de Suède a octroyé un financement de 101,2 millions de couronne suédoises soit 12.2 millions de dollars pour soutenir le programme « Renforcement de la résilience et des systèmes de subsistance durables des petits exploitants agricoles dans les provinces du Kasaï et du Kasaï Central en République démocratique du Congo (RDC) » mis en œuvre conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Un total de 9 000 ménages de petits exploitants agricoles seront bénéficiaires de ce projet qui vise à créer des opportunités économiques dans le secteur agricole pour la population du Kasaï et du Kasaï Central.  Le projet a des effets à court et à long terme. À court terme, il vise à améliorer la façon dont les récoltes sont cultivées et vendues, en réduisant les pertes, en améliorant la transformation et la commercialisation, et en créant plus d’emplois grâce à l’approche « Food Assistance for Assets » (assistance alimentaire pour les actifs). À long terme, le projet vise à créer davantage d’opportunités économiques et à donner aux femmes, aux hommes et aux jeunes les moyens de participer à leur propre développement. Pour y parvenir, le projet se concentrera sur la mobilisation des communautés, les initiatives de renforcement des capacités et la construction d’infrastructures. L’accent sera également mis sur l’amélioration de la nutrition au niveau communautaire.

Développer la chaîne de valeur agricole

« Dans le cadre du retrait de la MONUSCO au Grand Kasaï, la FAO et le PAM engagent leurs efforts en faveur de la consolidation de la paix  » explique Anne-Klervi Cherrière, chargée de programme résilience au FAO en RDC. Ce projet est basé sur le triple-nexus Humanitaire-Paix-Développement et intervient au niveau communautaire pour renforcer la résilience des producteurs agricoles.

« En investissant dans le capital humain et dans les actifs ruraux la FAO et le PAM vont soutenir la création d’opportunités génératrices de revenus et renforcer la capacité des communautés locales à supporter les chocs » a noté Edouard Kamou, chef du programme de la résilience du PAM en RDC. A travers un soutien à la production, la diversification et la commercialisation alimentaires durables, les petits exploitants agricoles de la région vont améliorer leur accès aux marchés et diversifier leurs revenus.

Sur le long terme, l’impact attendu est de favoriser la création d’opportunités économiques et l’autonomisation des femmes, des hommes et des jeunes pour qu’ils participent à leur propre processus de développement. Des activités spécifiques seront déployées pour renforcer la résolution pacifique des conflits au niveau de communautés.

Un programme conjoint en faveur de la résilience des populations rurales

En RDC, la FAO, le PAM et l’UNICEF mettent en œuvre conjointement des programmes de résilience dans l’est (Nord-Kivu, Sud-Kivu et Tanganyika), le nord-ouest du pays (Nord-Ubangi et Sud-Ubangi) et le Kasaï et Kasaï Central. Ces activités ciblent un total de 100 000 ménages, bénéficiant à environ 600 000 personnes dans les cinq provinces, avec des fonds de l’Allemagne, de la Suède, du Canada, et de la Norvège.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies est le plus grand organisme humanitaire au monde, il sauve des vies en situations d’urgence et utilise l’assistance alimentaire pour ouvrir une voie vers la paix, la stabilité et la prospérité au profit de ceux qui se relèvent d’un conflit ou d’une catastrophe ou subissent les effets du changement climatique.

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est l’agence spécialisée des Nations Unies qui mène les efforts internationaux vers l’élimination de la faim. Notre objectif est d’atteindre la sécurité alimentaire pour tous et d’assurer un accès régulier et suffisant à une nourriture de bonne qualité permettant à tous, de mener une vie saine et active.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles