29.7 C
Kinshasa
vendredi, mai 24, 2024
spot_img

L’Afrique s’unit à l’ONUSIDA, au PEPFAR et aux partenaires mondiaux de la santé pour soutenir le leadership politique afin de mettre fin au sida

Au cours de la semaine de haut niveau de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, les principaux ministres africains de la Santé se sont joints à l’ONUSIDA, au PEPFAR, aux institutions de santé mondiales et aux partenaires à New York pour se mobiliser pour maintenir leurs engagements envers mettre fin au sida et accélérer leur riposte aux pandémies actuelles et futures. L’événement parallèle de haut niveau sur le « Leadership politique dans la riposte au VIH » a mis en évidence les progrès continus dans la lutte contre le VIH en Afrique subsaharienne, qui ont été largement maintenus malgré les défis supplémentaires de la pandémie de COVID-19.

L’ambassadeur Dr John Nkengasong, coordinateur mondial de la lutte contre le sida aux États-Unis et représentant spécial pour la diplomatie de la santé, qui célébrait son 100e jour de mandat, a déclaré : « La riposte au VIH définit la santé mondiale depuis 25 ans. Nous avons fait des progrès remarquables, mais nous avons encore des défis remarquables à relever pour mettre fin au sida. Il est temps de se demander où nous allons d’ici. Le PEPFAR, le Fonds mondial et l’ONUSIDA représentent le meilleur de l’humanité lorsque nous postulonsnotre esprit à résoudre des problèmes.

L’Ambassadeur Nkengasong a également profité de l’occasion pour lancer « Reimagining PEPFAR’s Strategic Direction, Fulfilling America’s Promise to End the HIV/AIDS Pandemic by 2030 », qui se concentre sur des domaines prioritaires clés, notamment : l’équité en matière de santé pour les populations prioritaires, notamment les enfants, les adolescentes et les jeunes femmes, et populations clés ; durabilité à long terme; positionner les plates-formes pour qu’elles ne soient pas au premier plan de la société civile ; et diriger avec la science.

« Notre travail se poursuit avec une urgence renouvelée pour accélérer nos efforts pour mettre fin au sida d’ici 2030 », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l’ONUSIDA. « Les actions nécessaires pour mettre fin au sida sont également essentielles pour vaincre d’autres pandémies et pour nous protéger contre les menaces futures. Nous pouvons mettre fin au sida d’ici 2030. Mais la courbe ne s’infléchira pas d’elle-même, nous devons la faire baisser ensemble.

Les gouvernements africains étaient représentés par les ministres de la santé du Botswana, de la Côte d’Ivoire, de la République démocratique du Congo, de l’Eswatini, du Malawi, du Rwanda et de l’Afrique du Sud, et le directeur de la santé publique du Nigéria, s’exprimant au nom de S.E. Président Buhari, et ont été rejoints par S.E. Neo Jane Masisi, la Première Dame du Botswana.

Le ministre de la Santé de la République démocratique du Congo, Jean-Jacques Mbungani, a déclaré : « Malgré nos nombreux défis, le gouvernement a fait de la lutte contre le VIH une priorité nationale. En un an, nous avons augmenté notre financement national pour le VIH de 10 milliards CDF à 15 milliards CDF, et de 2002 à 2020, nous avons réduit la mortalité liée au sida de 42 %.

Le ministre de la Santé de Côte d’Ivoire, M. Pierre Dimba, a souligné l’importance d’intégrer les leçons tirées de la COVID-19 dans la riposte au VIH. « La pandémie de COVID-19 a montré à quel point il est important d’investir dans la santé et de mettre davantage l’accent sur le VIH », a déclaré le ministre Dimba. « Nous avons renforcé nos systèmes de santé et renforçons notre réseau d’agents de santé communautaires pour atteindre les personnes les plus nécessiteuses et travailler en étroite collaboration avec le secteur de l’éducation. »

Le Rwanda a investi dans des réformes institutionnelles du secteur de la santé et continue d’augmenter son propre financement national de la santé. « Pour une gestion efficace des ressources nationales, nous avons créé le centre biomédical du Rwanda qui a une approche multiforme », a déclaré Daniel Ngamije, ministre de la Santé du Rwanda. « Plutôt que d’avoir des programmes individuels pour le VIH, la tuberculose et le paludisme, nous avons créé et financé un système durable et intégré. »

La sénatrice Lizzie Nkosi, ministre de la Santé d’Eswatini, a exprimé son appréciation du partenariat avec les donateurs et les partenaires techniques comme étant la clé du succès du pays dans la riposte au VIH.

Loyce Maturu du Global Fund Advocates Network au Zimbabwe a parlé des lacunes dans la riposte au VIH. « Nous savons que nous n’avons pas fait assez pour gérer le VIH chez les enfants et pour prévenir le VIH chez les adolescentes et les jeunes femmes. Nous devons examiner le soutien psychosocial, la santé mentale et la surveillance de la charge virale, qui ont fait défaut en matière d’engagement communautaire. Nous devons nous concentrer sur la gestion du VIH au niveau communautaire, habiliter le suivi communautaire, soutenir les familles et renforcer les systèmes communautaires.

Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, a exprimé sa gratitude pour le soutien apporté au Fonds mondial lors de sa 7e reconstitution qui a mobilisé 14,2 milliards de dollars, « C’est une excellente occasion de dire merci à tous ceux qui ont promis des contributions au Fonds mondial, et en particulier les pays de mise en œuvre qui ont énormément intensifié », a déclaré M. Sands. « L’une des grandes forces de la riposte au VIH était sa focalisation incessante sur les résultats, le sauvetage de vies et la réduction des infections. L’une des choses que nous avons apprises avec COVID est que nous devons être intelligents pour faire des investissements qui peuvent répondre à plusieurs besoins à la fois. Une approche plus large pour les systèmes de santé capables de lutter contre de multiples maladies et de faire face aux menaces futures.

Le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique, a souligné la nécessité pour les gouvernements d’accélérer le rythme pour mettre fin au sida en Afrique. « Il s’agit d’une réunion fantastique de dirigeants qui joueront un rôle clé dans la lutte contre le sida en Afrique », a déclaré le Dr Moeti. « Avec le VIH, nous avons appris de nombreuses leçons. Les inégalités continuent d’être un facteur majeur de vulnérabilité au VIH et d’accès aux services. Nous pouvons faire en sorte que les ressources aillent plus loin et obtenir plus de résultats pour le VIH.

Stéphanie Seydoux, ambassadrice de la France pour la santé mondiale a conclu : « Le temps de la mise en œuvre commence maintenant. Nous connaissons la voie à suivre et c’est l’appropriation nationale, l’investissement national.

L’événement, « Leadership politique dans la riposte au VIH », a été co-organisé par l’ONUSIDA et le PEPFAR en marge de la semaine de haut niveau de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. La vidéo de l’événement est disponible sur : UNAIDS/PEPFAR High-Level Side Event.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

L’Afrique s’unit à l’ONUSIDA, au PEPFAR et aux partenaires mondiaux de la santé pour soutenir le leadership politique afin de mettre fin au sida

Au cours de la semaine de haut niveau de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, les principaux ministres africains de la Santé se sont joints à l’ONUSIDA, au PEPFAR, aux institutions de santé mondiales et aux partenaires à New York pour se mobiliser pour maintenir leurs engagements envers mettre fin au sida et accélérer leur riposte aux pandémies actuelles et futures. L’événement parallèle de haut niveau sur le « Leadership politique dans la riposte au VIH » a mis en évidence les progrès continus dans la lutte contre le VIH en Afrique subsaharienne, qui ont été largement maintenus malgré les défis supplémentaires de la pandémie de COVID-19.

L’ambassadeur Dr John Nkengasong, coordinateur mondial de la lutte contre le sida aux États-Unis et représentant spécial pour la diplomatie de la santé, qui célébrait son 100e jour de mandat, a déclaré : « La riposte au VIH définit la santé mondiale depuis 25 ans. Nous avons fait des progrès remarquables, mais nous avons encore des défis remarquables à relever pour mettre fin au sida. Il est temps de se demander où nous allons d’ici. Le PEPFAR, le Fonds mondial et l’ONUSIDA représentent le meilleur de l’humanité lorsque nous postulonsnotre esprit à résoudre des problèmes.

L’Ambassadeur Nkengasong a également profité de l’occasion pour lancer « Reimagining PEPFAR’s Strategic Direction, Fulfilling America’s Promise to End the HIV/AIDS Pandemic by 2030 », qui se concentre sur des domaines prioritaires clés, notamment : l’équité en matière de santé pour les populations prioritaires, notamment les enfants, les adolescentes et les jeunes femmes, et populations clés ; durabilité à long terme; positionner les plates-formes pour qu’elles ne soient pas au premier plan de la société civile ; et diriger avec la science.

« Notre travail se poursuit avec une urgence renouvelée pour accélérer nos efforts pour mettre fin au sida d’ici 2030 », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l’ONUSIDA. « Les actions nécessaires pour mettre fin au sida sont également essentielles pour vaincre d’autres pandémies et pour nous protéger contre les menaces futures. Nous pouvons mettre fin au sida d’ici 2030. Mais la courbe ne s’infléchira pas d’elle-même, nous devons la faire baisser ensemble.

Les gouvernements africains étaient représentés par les ministres de la santé du Botswana, de la Côte d’Ivoire, de la République démocratique du Congo, de l’Eswatini, du Malawi, du Rwanda et de l’Afrique du Sud, et le directeur de la santé publique du Nigéria, s’exprimant au nom de S.E. Président Buhari, et ont été rejoints par S.E. Neo Jane Masisi, la Première Dame du Botswana.

Le ministre de la Santé de la République démocratique du Congo, Jean-Jacques Mbungani, a déclaré : « Malgré nos nombreux défis, le gouvernement a fait de la lutte contre le VIH une priorité nationale. En un an, nous avons augmenté notre financement national pour le VIH de 10 milliards CDF à 15 milliards CDF, et de 2002 à 2020, nous avons réduit la mortalité liée au sida de 42 %.

Le ministre de la Santé de Côte d’Ivoire, M. Pierre Dimba, a souligné l’importance d’intégrer les leçons tirées de la COVID-19 dans la riposte au VIH. « La pandémie de COVID-19 a montré à quel point il est important d’investir dans la santé et de mettre davantage l’accent sur le VIH », a déclaré le ministre Dimba. « Nous avons renforcé nos systèmes de santé et renforçons notre réseau d’agents de santé communautaires pour atteindre les personnes les plus nécessiteuses et travailler en étroite collaboration avec le secteur de l’éducation. »

Le Rwanda a investi dans des réformes institutionnelles du secteur de la santé et continue d’augmenter son propre financement national de la santé. « Pour une gestion efficace des ressources nationales, nous avons créé le centre biomédical du Rwanda qui a une approche multiforme », a déclaré Daniel Ngamije, ministre de la Santé du Rwanda. « Plutôt que d’avoir des programmes individuels pour le VIH, la tuberculose et le paludisme, nous avons créé et financé un système durable et intégré. »

La sénatrice Lizzie Nkosi, ministre de la Santé d’Eswatini, a exprimé son appréciation du partenariat avec les donateurs et les partenaires techniques comme étant la clé du succès du pays dans la riposte au VIH.

Loyce Maturu du Global Fund Advocates Network au Zimbabwe a parlé des lacunes dans la riposte au VIH. « Nous savons que nous n’avons pas fait assez pour gérer le VIH chez les enfants et pour prévenir le VIH chez les adolescentes et les jeunes femmes. Nous devons examiner le soutien psychosocial, la santé mentale et la surveillance de la charge virale, qui ont fait défaut en matière d’engagement communautaire. Nous devons nous concentrer sur la gestion du VIH au niveau communautaire, habiliter le suivi communautaire, soutenir les familles et renforcer les systèmes communautaires.

Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, a exprimé sa gratitude pour le soutien apporté au Fonds mondial lors de sa 7e reconstitution qui a mobilisé 14,2 milliards de dollars, « C’est une excellente occasion de dire merci à tous ceux qui ont promis des contributions au Fonds mondial, et en particulier les pays de mise en œuvre qui ont énormément intensifié », a déclaré M. Sands. « L’une des grandes forces de la riposte au VIH était sa focalisation incessante sur les résultats, le sauvetage de vies et la réduction des infections. L’une des choses que nous avons apprises avec COVID est que nous devons être intelligents pour faire des investissements qui peuvent répondre à plusieurs besoins à la fois. Une approche plus large pour les systèmes de santé capables de lutter contre de multiples maladies et de faire face aux menaces futures.

Le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique, a souligné la nécessité pour les gouvernements d’accélérer le rythme pour mettre fin au sida en Afrique. « Il s’agit d’une réunion fantastique de dirigeants qui joueront un rôle clé dans la lutte contre le sida en Afrique », a déclaré le Dr Moeti. « Avec le VIH, nous avons appris de nombreuses leçons. Les inégalités continuent d’être un facteur majeur de vulnérabilité au VIH et d’accès aux services. Nous pouvons faire en sorte que les ressources aillent plus loin et obtenir plus de résultats pour le VIH.

Stéphanie Seydoux, ambassadrice de la France pour la santé mondiale a conclu : « Le temps de la mise en œuvre commence maintenant. Nous connaissons la voie à suivre et c’est l’appropriation nationale, l’investissement national.

L’événement, « Leadership politique dans la riposte au VIH », a été co-organisé par l’ONUSIDA et le PEPFAR en marge de la semaine de haut niveau de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. La vidéo de l’événement est disponible sur : UNAIDS/PEPFAR High-Level Side Event.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles