28.2 C
Kinshasa
samedi, mai 18, 2024
spot_img

Le Ghana signale pour la première fois des cas suspects de la maladie à virus Marburg

Le Ghana a déclaré la détection de deux cas suspects de la maladie à virus Marburg. Si ces cas sont confirmés, il s’agirait des premières infections de ce type enregistrées dans le pays. Marburg est une fièvre hémorragique virale hautement infectieuse de la même famille que la maladie à virus Ebola, plus connue.

L’analyse préliminaire des échantillons prélevés sur deux patients par le Noguchi Memorial Institute for Medical Research du pays s’est révélée positive au Marburg. Toutefois, conformément à la procédure standard, les échantillons ont été envoyés à l’Institut Pasteur du Sénégal, un centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour confirmation.

Les deux patients de la région d’Ashanti, dans le sud du pays – tous deux décédés et sans lien de parenté – présentaient des symptômes tels que la diarrhée, la fièvre, la nausée et le vomissement. Ils avaient été emmenés dans un hôpital de district de la région d’Ashanti.

Les préparatifs en vue d’une éventuelle riposte en cas d’épidémie sont rapidement mis en place, alors que des investigations supplémentaires sont en cours.

 « Les autorités sanitaires sont sur le terrain pour enquêter sur la situation et mettre en place une riposte rapide à l’épidémie. Nous travaillons en étroite collaboration avec le pays pour suivre le virus, contrôler sa propagation et arrêter la flambée le plus rapidement possible », a déclaré le Dr Francis Kasolo, Représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Ghana.

L’OMS déploie des experts pour aider les autorités sanitaires du Ghana à renforcer la surveillance de la maladie, effectuer des tests, suivre les cas contacts, traiter les patients et travailler avec les communautés pour les alerter et les sensibiliser aux risques et aux dangers de la maladie ainsi que pour collaborer avec les équipes d’intervention d’urgence.

S’ils sont confirmés, les cas survenus au Ghana constitueraient la deuxième détection de Marburg en Afrique de l’Ouest. La Guinée a confirmé un seul cas dans une épidémie qui a été déclarée terminée le 16 septembre 2021, cinq semaines après la détection du cas initial.

De précédentes flambées épidémiques et des cas sporadiques de Marburg en Afrique ont été signalés en Angola, en République démocratique du Congo, au Kenya, en Afrique du Sud et en Ouganda.

La maladie à virus Marburg est transmise aux humains par les chauves-souris frugivores et se propage parmi les humains par contact direct avec les fluides corporels des personnes infectées, les surfaces et les matériaux souillés. La maladie commence brusquement, avec une forte fièvre, des maux de tête sévères et des malaises. De nombreux patients développent des signes hémorragiques graves dans les sept jours. Les taux de létalité ont varié de 24 % à 88 % lors des épidémies précédentes, en fonction de la souche virale et de la prise en charge des cas.

Bien qu’il n’existe pas de vaccins ou de traitements antiviraux approuvés pour traiter le virus, les soins de soutien – réhydratation par des liquides oraux ou intraveineux – et le traitement des symptômes spécifiques, améliorent la survie. Une série de traitements potentiels, notamment des produits sanguins, des thérapies immunitaires et des traitements médicamenteux, sont en cours d’évaluation.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Le Ghana signale pour la première fois des cas suspects de la maladie à virus Marburg

Le Ghana a déclaré la détection de deux cas suspects de la maladie à virus Marburg. Si ces cas sont confirmés, il s’agirait des premières infections de ce type enregistrées dans le pays. Marburg est une fièvre hémorragique virale hautement infectieuse de la même famille que la maladie à virus Ebola, plus connue.

L’analyse préliminaire des échantillons prélevés sur deux patients par le Noguchi Memorial Institute for Medical Research du pays s’est révélée positive au Marburg. Toutefois, conformément à la procédure standard, les échantillons ont été envoyés à l’Institut Pasteur du Sénégal, un centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour confirmation.

Les deux patients de la région d’Ashanti, dans le sud du pays – tous deux décédés et sans lien de parenté – présentaient des symptômes tels que la diarrhée, la fièvre, la nausée et le vomissement. Ils avaient été emmenés dans un hôpital de district de la région d’Ashanti.

Les préparatifs en vue d’une éventuelle riposte en cas d’épidémie sont rapidement mis en place, alors que des investigations supplémentaires sont en cours.

 « Les autorités sanitaires sont sur le terrain pour enquêter sur la situation et mettre en place une riposte rapide à l’épidémie. Nous travaillons en étroite collaboration avec le pays pour suivre le virus, contrôler sa propagation et arrêter la flambée le plus rapidement possible », a déclaré le Dr Francis Kasolo, Représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Ghana.

L’OMS déploie des experts pour aider les autorités sanitaires du Ghana à renforcer la surveillance de la maladie, effectuer des tests, suivre les cas contacts, traiter les patients et travailler avec les communautés pour les alerter et les sensibiliser aux risques et aux dangers de la maladie ainsi que pour collaborer avec les équipes d’intervention d’urgence.

S’ils sont confirmés, les cas survenus au Ghana constitueraient la deuxième détection de Marburg en Afrique de l’Ouest. La Guinée a confirmé un seul cas dans une épidémie qui a été déclarée terminée le 16 septembre 2021, cinq semaines après la détection du cas initial.

De précédentes flambées épidémiques et des cas sporadiques de Marburg en Afrique ont été signalés en Angola, en République démocratique du Congo, au Kenya, en Afrique du Sud et en Ouganda.

La maladie à virus Marburg est transmise aux humains par les chauves-souris frugivores et se propage parmi les humains par contact direct avec les fluides corporels des personnes infectées, les surfaces et les matériaux souillés. La maladie commence brusquement, avec une forte fièvre, des maux de tête sévères et des malaises. De nombreux patients développent des signes hémorragiques graves dans les sept jours. Les taux de létalité ont varié de 24 % à 88 % lors des épidémies précédentes, en fonction de la souche virale et de la prise en charge des cas.

Bien qu’il n’existe pas de vaccins ou de traitements antiviraux approuvés pour traiter le virus, les soins de soutien – réhydratation par des liquides oraux ou intraveineux – et le traitement des symptômes spécifiques, améliorent la survie. Une série de traitements potentiels, notamment des produits sanguins, des thérapies immunitaires et des traitements médicamenteux, sont en cours d’évaluation.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles