24.2 C
Kinshasa
jeudi, mai 23, 2024
spot_img

Le Projet intégré VIH/SIDA (IHAP) Kinshasa de l’USAID a pris fin

Le Projet intégré VIH/SIDA (IHAP) Kinshasa de l’Agence du gouvernement des Etats unis pour le développement (USAID) mis en œuvre par  la Fondation Elisabeth Glaser pour la lutte contre le SIDA pédiatrique  a pris fin. La cérémonie marquant sa clôture a eu lieu le vendredi dernier à l’hôtel Memling en présence de plusieurs autorités nationales, partenaires et société civile.

Démarré au mois de mars 2017 avec un budget de 31 000 000 $ du gouvernement américain, le Projet IHAP Kinshasa de l’USAID, visait à contribuer à la lutte contre le VIH-SIDA dans la ville province de Kinshasa. Et donc pendant, 7 ans, ce projet a pris en charge 779 663 personnes dont 41 886 qui ont été testés positifs au VIH et ont suivi le traitement dans 5 zones de santé de Kinshasa, à savoir : Bandalungwa, Binza-Météo, Kingasani, Masina 2 et Kikimi. Parmi lesquels 41 886 de moins de 15 ans et 1 723 enfants de plus de 15 ans

S’exprimant à cet effet, le Directeur-Pays de la Fondation Elisabeth Glaser Rdc, le Docteur Aimé Loando Mboyo, a remercié l’agence américaine pour le développement (USAID) pour le financement de ce projet mais aussi pour la qualité de l’accompagnement technique de ses experts.

«  Il ne s’agissait pas seulement de nous donner l’argent mais aussi de nous accompagner. Merci beaucoup pour ça. Et les résultats que nous avons obtenus sont très divers et des hautes qualités (…). Nous avons bénéficié de l’expertise de l’USAID/Pepfar dans toutes les phases de la mise en œuvre depuis la planification, la mise en œuvre de suivi et l’évaluation. Nos remerciements vont aussi gouvernement de la Rdc et plus spécialement au ministère de la Santé pour la collaboration à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Sans cette collaboration, la mise en œuvre serait difficile. Nous remercions aussi les associations communautaires, principalement le Rnoac et l’Ucop +. Pendant 7 ans nous avons travaillé ensemble et vous avez permis à ce projet de bénéficier de votre expertise communautaire pour innover », avait déclaré le Directeur-Pays d’EGPAF lors de cette cérémonie de clôture de ce noble projet, qui a redonné le sourire et l’espoir à plusieurs Congolais malades.

Le Projet IHAP Kinshasa de USAID est bouclé certes. Cependant, un autre voit le jour à la grande satisfaction des Congolais. Il s’agit du Projet « Espoir Kinshasa », qui va bénéficier des acquis du Projet IHAP Kinshasa de l’USAID. C’est ce qu’a affirmé le Dr Aimé Loando Mboyo. Il l’avait dit en ces termes : «  Les acquis seront consolidés pour un nouveau projet qui vient de démarrer avec le financement de l’USAID. Il s’agit du projet Espoir Kinshasa qui va intervenir dans les mêmes zones de santé sous le leadership de l’Ong nationale Association de santé familiale (Asf). Donc, il y a la continuité dans les acquis… Les choses ne s’arrêtent pas aujourd’hui. Nous sommes là avec Asf et nous allons jouer le rôle secondaire d’assistance technique. A tous les intervenants de ce projet, nous souhaitons que les acquis soient consolidés, soient protégés pour que les 7 années d’efforts que nous avons réalisés ne soient pas perdus ».

Se réjouissant de l’appui financier considérable du Gouvernement américain et aussi des résultats escompté du Projet IHAP Kinshasa de l’USAID, le Directeur du bureau adjoint en charge de la santé à l’USAID, Madame Mieko McKAY, a fait savoir que ce projet a permis de diagnostiquer 60% de personnes vivants avec le VIH, et cela grâce aux tests organisés au niveau communautaire.

En plus des services de conseils et de dépistage en matière du VIH, le Directeur du bureau adjoint en charge de la santé à l’USAID a dit que le Programme du Gouvernement des Etats unis à travers USAID a apporté des service essentiels tels que le test des charges virales et le dépistage des maladies non transmissibles comme le diabète, l’hypertension aux cliniques et au sein des communautés

« Avec le soutien du gouvernement des Etats unis, ce projet a démontré l’efficacité des approches communautaires qui ont permis de prendre les personnes ayant besoin des services de santé. Je voudrai également signaler l’approche innovante de l’IHAP Kinshasa de l’USAID, dénommée «  Yika Mpiko », soit courageux, vise à soutenir les enfants de moins de 15 ans qui vivent avec le VIH et qui ont des difficultés à suivre le traitement. Bien que la majorité d’enfants ont été diagnostiqués par IHAP Kinshasa de l’USAID, ont ensuite suivi un traitement, nous n’avons pas toujours été à 100% de la suppression de la charge virale parmi ces enfants. Cependant, grâce à Yika Mpiko, cette activité a mobilisé les précepteurs de soins de santé, les membres de communautés, les parents et les enfants pour échanger autour des défis liés à l’observance de traitement contre le VIH chez les enfants et surtout pour trouver des solutions à ce défi. La charge virale a été supprimée au bout de 3 mois seulement pour 95 % d’enfants qui ont participé à ce programme », a indiqué le Directeur du bureau adjoint en charge de la santé à l’USAID. Et d’ajouter ceci : « Le Gouvernement des Etats unis se félicite des progrès considérables réalisés par le Projet IHAP Kinshasa de l’USAID en terme de gestions de dossier médical des patients ».

Soulignons que grâce à la collaboration avec les autorités sanitaires congolaises, l’USAID a pu tirer des leçons utiles sur la mise en place du système des dossiers médicaux électroniques des patients (….). La digitalisation des données des patients. Une expérience déjà en œuvre dans le centre de Santé «  la Borne » et à l’hôpital de référence de Kikimi. C’est une vraie révolution.

« Le Gouvernement des Etats unis à travers l’USAID et le Pepfar restent engagés à soutenir ces efforts (…) pour faire avancer le Plan national de numérisation. Nous savons tous que l’engagement local est essentiel pour le progrès à long terme. L’USAID est associé de plus en plus avec les organisations locales », a-t-elle ajouté avant de souligner ceci : « J’apprécie énormément la façon avec laquelle le projet IHAP Kinshasa de l’USAID a géré la transition transparente vers le nouveau projet et je suis ravie que la Fondation Elisabeth Glaser pédiatrique continue de servir des ressources vitales à ASF dans le cadre de ce nouvel projet « Espoir ».

Pour le coordonnateur national du Réseau national des Organisations d’assises communautaires des groupes de support des personnes vivant avec le VIH/SIDA (Rnoac), Monsieur André Sukdadi, l’occasion a été propice. Celle de saluer avec ferveur ce partenariat fructueux entre le Gouvernement de la Rdc et l’USAID, qui sous le financement de Pepfar a contribué efficacement de 2017 2023 à l’amélioration des conditions de vie des PVVIH à Kinshasa.

Même son de cloche pour le Docteur Jacob Mukala, qui au nom de la ministre provinciale de la Santé publique, Hygiène et Prévention empêchée, a encouragé le gouvernement congolais et américain à travers l’USAID/Pepfar, les organisations impliquées dans ce projet à continuer dans cet élan pour booster la lutte contre le VIH SIDA en RDC en générale et dans ville de Kinshasa en particulier.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Le Projet intégré VIH/SIDA (IHAP) Kinshasa de l’USAID a pris fin

Le Projet intégré VIH/SIDA (IHAP) Kinshasa de l’Agence du gouvernement des Etats unis pour le développement (USAID) mis en œuvre par  la Fondation Elisabeth Glaser pour la lutte contre le SIDA pédiatrique  a pris fin. La cérémonie marquant sa clôture a eu lieu le vendredi dernier à l’hôtel Memling en présence de plusieurs autorités nationales, partenaires et société civile.

Démarré au mois de mars 2017 avec un budget de 31 000 000 $ du gouvernement américain, le Projet IHAP Kinshasa de l’USAID, visait à contribuer à la lutte contre le VIH-SIDA dans la ville province de Kinshasa. Et donc pendant, 7 ans, ce projet a pris en charge 779 663 personnes dont 41 886 qui ont été testés positifs au VIH et ont suivi le traitement dans 5 zones de santé de Kinshasa, à savoir : Bandalungwa, Binza-Météo, Kingasani, Masina 2 et Kikimi. Parmi lesquels 41 886 de moins de 15 ans et 1 723 enfants de plus de 15 ans

S’exprimant à cet effet, le Directeur-Pays de la Fondation Elisabeth Glaser Rdc, le Docteur Aimé Loando Mboyo, a remercié l’agence américaine pour le développement (USAID) pour le financement de ce projet mais aussi pour la qualité de l’accompagnement technique de ses experts.

«  Il ne s’agissait pas seulement de nous donner l’argent mais aussi de nous accompagner. Merci beaucoup pour ça. Et les résultats que nous avons obtenus sont très divers et des hautes qualités (…). Nous avons bénéficié de l’expertise de l’USAID/Pepfar dans toutes les phases de la mise en œuvre depuis la planification, la mise en œuvre de suivi et l’évaluation. Nos remerciements vont aussi gouvernement de la Rdc et plus spécialement au ministère de la Santé pour la collaboration à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Sans cette collaboration, la mise en œuvre serait difficile. Nous remercions aussi les associations communautaires, principalement le Rnoac et l’Ucop +. Pendant 7 ans nous avons travaillé ensemble et vous avez permis à ce projet de bénéficier de votre expertise communautaire pour innover », avait déclaré le Directeur-Pays d’EGPAF lors de cette cérémonie de clôture de ce noble projet, qui a redonné le sourire et l’espoir à plusieurs Congolais malades.

Le Projet IHAP Kinshasa de USAID est bouclé certes. Cependant, un autre voit le jour à la grande satisfaction des Congolais. Il s’agit du Projet « Espoir Kinshasa », qui va bénéficier des acquis du Projet IHAP Kinshasa de l’USAID. C’est ce qu’a affirmé le Dr Aimé Loando Mboyo. Il l’avait dit en ces termes : «  Les acquis seront consolidés pour un nouveau projet qui vient de démarrer avec le financement de l’USAID. Il s’agit du projet Espoir Kinshasa qui va intervenir dans les mêmes zones de santé sous le leadership de l’Ong nationale Association de santé familiale (Asf). Donc, il y a la continuité dans les acquis… Les choses ne s’arrêtent pas aujourd’hui. Nous sommes là avec Asf et nous allons jouer le rôle secondaire d’assistance technique. A tous les intervenants de ce projet, nous souhaitons que les acquis soient consolidés, soient protégés pour que les 7 années d’efforts que nous avons réalisés ne soient pas perdus ».

Se réjouissant de l’appui financier considérable du Gouvernement américain et aussi des résultats escompté du Projet IHAP Kinshasa de l’USAID, le Directeur du bureau adjoint en charge de la santé à l’USAID, Madame Mieko McKAY, a fait savoir que ce projet a permis de diagnostiquer 60% de personnes vivants avec le VIH, et cela grâce aux tests organisés au niveau communautaire.

En plus des services de conseils et de dépistage en matière du VIH, le Directeur du bureau adjoint en charge de la santé à l’USAID a dit que le Programme du Gouvernement des Etats unis à travers USAID a apporté des service essentiels tels que le test des charges virales et le dépistage des maladies non transmissibles comme le diabète, l’hypertension aux cliniques et au sein des communautés

« Avec le soutien du gouvernement des Etats unis, ce projet a démontré l’efficacité des approches communautaires qui ont permis de prendre les personnes ayant besoin des services de santé. Je voudrai également signaler l’approche innovante de l’IHAP Kinshasa de l’USAID, dénommée «  Yika Mpiko », soit courageux, vise à soutenir les enfants de moins de 15 ans qui vivent avec le VIH et qui ont des difficultés à suivre le traitement. Bien que la majorité d’enfants ont été diagnostiqués par IHAP Kinshasa de l’USAID, ont ensuite suivi un traitement, nous n’avons pas toujours été à 100% de la suppression de la charge virale parmi ces enfants. Cependant, grâce à Yika Mpiko, cette activité a mobilisé les précepteurs de soins de santé, les membres de communautés, les parents et les enfants pour échanger autour des défis liés à l’observance de traitement contre le VIH chez les enfants et surtout pour trouver des solutions à ce défi. La charge virale a été supprimée au bout de 3 mois seulement pour 95 % d’enfants qui ont participé à ce programme », a indiqué le Directeur du bureau adjoint en charge de la santé à l’USAID. Et d’ajouter ceci : « Le Gouvernement des Etats unis se félicite des progrès considérables réalisés par le Projet IHAP Kinshasa de l’USAID en terme de gestions de dossier médical des patients ».

Soulignons que grâce à la collaboration avec les autorités sanitaires congolaises, l’USAID a pu tirer des leçons utiles sur la mise en place du système des dossiers médicaux électroniques des patients (….). La digitalisation des données des patients. Une expérience déjà en œuvre dans le centre de Santé «  la Borne » et à l’hôpital de référence de Kikimi. C’est une vraie révolution.

« Le Gouvernement des Etats unis à travers l’USAID et le Pepfar restent engagés à soutenir ces efforts (…) pour faire avancer le Plan national de numérisation. Nous savons tous que l’engagement local est essentiel pour le progrès à long terme. L’USAID est associé de plus en plus avec les organisations locales », a-t-elle ajouté avant de souligner ceci : « J’apprécie énormément la façon avec laquelle le projet IHAP Kinshasa de l’USAID a géré la transition transparente vers le nouveau projet et je suis ravie que la Fondation Elisabeth Glaser pédiatrique continue de servir des ressources vitales à ASF dans le cadre de ce nouvel projet « Espoir ».

Pour le coordonnateur national du Réseau national des Organisations d’assises communautaires des groupes de support des personnes vivant avec le VIH/SIDA (Rnoac), Monsieur André Sukdadi, l’occasion a été propice. Celle de saluer avec ferveur ce partenariat fructueux entre le Gouvernement de la Rdc et l’USAID, qui sous le financement de Pepfar a contribué efficacement de 2017 2023 à l’amélioration des conditions de vie des PVVIH à Kinshasa.

Même son de cloche pour le Docteur Jacob Mukala, qui au nom de la ministre provinciale de la Santé publique, Hygiène et Prévention empêchée, a encouragé le gouvernement congolais et américain à travers l’USAID/Pepfar, les organisations impliquées dans ce projet à continuer dans cet élan pour booster la lutte contre le VIH SIDA en RDC en générale et dans ville de Kinshasa en particulier.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles