24.2 C
Kinshasa
lundi, juin 24, 2024
spot_img

Les communautés confessionnelles s’unissent aux responsables de la santé pour atteindre tous les enfants touchés par le VIH

Près de la moitié (52 %) des 1,7 million d'enfants vivant avec le VIH dans le monde n'avaient pas accès à un traitement vital en 2021, contre 76 % des adultes. Un récent rapport de l'ONUSIDA, In Danger, a montré que toutes les six minutes, un enfant de moins de 15 ans mourait du sida l'année dernière. Trop souvent, la voix des enfants n'est pas entendue et leurs besoins ne sont pas satisfaits. En conséquence, l'écart de progrès entre les adultes et les enfants se creuse.
Déterminés à faire d'atteindre les enfants touchés par le VIH une priorité mondiale absolue, les communautés religieuses et les responsables de la santé se sont réunis lors d'un événement très médiatisé organisé en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York pour mobiliser l'action et trouver des moyens efficaces d'aller de l'avant. L'événement a mis en lumière des modèles innovants développés avec des organisations confessionnelles qui ont considérablement amélioré les résultats pour les enfants, montrant que davantage peut être fait.
"Nous avons besoin de personnes de foi travaillant ensemble avec le même sens, le même but et avec une connexion", a déclaré le père Richard Bauer. "Nous devons traiter la personne dans son ensemble, les aspects biomédicaux et psychosociaux."
Loyce Maturu avait 10 ans lorsqu'elle a perdu sa mère et son frère à cause du SIDA. Quand elle avait 12 ans, elle est tombée malade et a été emmenée à la clinique. On ne lui a pas dit qu'elle vivait avec le VIH et on lui a juste donné des pilules à prendre. Ce n'est qu'après avoir cessé de prendre correctement ses médicaments parce qu'elle se sentait bien qu'elle a finalement été informée qu'elle vivait avec le VIH. Elle a grandi pour devenir une championne de l'amélioration des soins aux enfants touchés par le VIH.
"Nous avons besoin de plus que des médicaments pour que les enfants suivent leur traitement, survivent et s'épanouissent", a déclaré Mme Maturu, s'adressant aux dirigeants lors de l'événement. 
« Nous avons besoin d'un meilleur soutien sanitaire et psychosocial pour nous aider à comprendre notre état et notre traitement, pour apprendre à grandir avec le VIH, à nous sentir confiants, valorisés et aimés et à pouvoir réaliser nos espoirs et nos rêves « Collectivement, nous avons laissé tomber des enfants et le but de nous unir est de renverser la vapeur », a déclaré Chip Lyons, président et chef de la direction de la Elizabeth Glaser Pediatric AIDS Foundation. 
« Les dirigeants qui parlent des enfants ont un grand pouvoir. Ne manquez jamais une occasion de parler des enfants.
Les organisations confessionnelles ont fourni une part importante des soins de santé liés au VIH depuis le début de l'épidémie de sida, en particulier dans les milieux aux ressources limitées. Ils entretiennent des liens étroits avec les communautés et sont des partenaires essentiels dans le travail pour changer les opinions, réduire la stigmatisation, fournir des preuves fondées sur des données et atteindre les plus marginalisés de la société qui ont souvent le plus besoin de services de santé vitaux. 
« Les communautés de foi sont le porte-voix de la confiance dans la communauté », a déclaré l'ambassadeur John Nkengasong, coordinateur américain de la lutte contre le sida dans le monde et représentant spécial pour la diplomatie de la santé. « Grâce à cette confiance, nous pouvons constater une augmentation de plus de 20% de l'utilisation des traitements pédiatriques en milieu rural - nous comptons sur vous et sur la confiance que les gens ont en vous. Nous nous engageons à travailler avec vous tous pour combler les lacunes et les obstacles qui créent les chiffres très alarmants que nous constatons chez les enfants.
Plus de 70 % des 1,7 million d'enfants vivant avec le VIH vivent dans seulement 10 pays africains. Cela fait de l'élimination du VIH chez les enfants un objectif réalisable. Si ces dix pays agissent, près des trois quarts du défi pourraient être surmontés.
La stigmatisation, la discrimination, les lois et politiques punitives, la violence et les inégalités sociétales et de genre enracinées entravent l'accès aux soins pour les femmes, les adolescents et les enfants. Les communautés confessionnelles peuvent être extrêmement efficaces pour éliminer la stigmatisation et demander des changements dans les lois et les politiques afin de garantir que toutes les personnes, y compris les enfants, sont en sécurité et protégées lorsqu'elles accèdent aux services liés au VIH.
"C'est votre bienveillance et votre compassion qui changent des vies et des mentalités. Dans chaque communauté, dans chaque pays, on vous fait confiance. Respecté. Écouté d'une manière que d'autres ne le sont pas. Votre capacité à influencer la façon dont les gens comprennent et réagissent au VIH est sans précédent. Vous êtes crucial – au centre – de ce travail », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l'ONUSIDA.
L'un des plus grands défis consiste à trouver rapidement des enfants vivant avec le VIH qui n'ont pas été diagnostiqués à la naissance ou pendant l'allaitement et à les orienter vers un traitement. Pour les jeunes enfants également, il est préoccupant que seuls 63 % des nourrissons exposés au VIH en 2021 aient été testés à l'âge de deux mois. Sans traitement, 50 % des nourrissons séropositifs mourront avant l'âge de deux ans.
De nouveaux objectifs ambitieux pour diagnostiquer les enfants et les lier aux soins ont été fixés pour 2023 et 2025, et une nouvelle Alliance mondiale pour mettre fin au sida chez les enfants vient d'être lancée, qui vise à mettre fin au sida chez les enfants d'ici 2030.
Dans tous ces efforts, les communautés confessionnelles jouent un rôle inestimable en aidant les gouvernements, les organisations internationales, les communautés de personnes vivant avec le VIH, les prestataires de services et bien d'autres à atteindre les nouveaux objectifs et à mettre fin au sida d'ici 2030. Cela inclut en particulier ceux qui sont le plus confrontés au VIH. difficultés à défendre leurs besoins — les enfants.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Les communautés confessionnelles s’unissent aux responsables de la santé pour atteindre tous les enfants touchés par le VIH

Près de la moitié (52 %) des 1,7 million d'enfants vivant avec le VIH dans le monde n'avaient pas accès à un traitement vital en 2021, contre 76 % des adultes. Un récent rapport de l'ONUSIDA, In Danger, a montré que toutes les six minutes, un enfant de moins de 15 ans mourait du sida l'année dernière. Trop souvent, la voix des enfants n'est pas entendue et leurs besoins ne sont pas satisfaits. En conséquence, l'écart de progrès entre les adultes et les enfants se creuse.
Déterminés à faire d'atteindre les enfants touchés par le VIH une priorité mondiale absolue, les communautés religieuses et les responsables de la santé se sont réunis lors d'un événement très médiatisé organisé en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York pour mobiliser l'action et trouver des moyens efficaces d'aller de l'avant. L'événement a mis en lumière des modèles innovants développés avec des organisations confessionnelles qui ont considérablement amélioré les résultats pour les enfants, montrant que davantage peut être fait.
"Nous avons besoin de personnes de foi travaillant ensemble avec le même sens, le même but et avec une connexion", a déclaré le père Richard Bauer. "Nous devons traiter la personne dans son ensemble, les aspects biomédicaux et psychosociaux."
Loyce Maturu avait 10 ans lorsqu'elle a perdu sa mère et son frère à cause du SIDA. Quand elle avait 12 ans, elle est tombée malade et a été emmenée à la clinique. On ne lui a pas dit qu'elle vivait avec le VIH et on lui a juste donné des pilules à prendre. Ce n'est qu'après avoir cessé de prendre correctement ses médicaments parce qu'elle se sentait bien qu'elle a finalement été informée qu'elle vivait avec le VIH. Elle a grandi pour devenir une championne de l'amélioration des soins aux enfants touchés par le VIH.
"Nous avons besoin de plus que des médicaments pour que les enfants suivent leur traitement, survivent et s'épanouissent", a déclaré Mme Maturu, s'adressant aux dirigeants lors de l'événement. 
« Nous avons besoin d'un meilleur soutien sanitaire et psychosocial pour nous aider à comprendre notre état et notre traitement, pour apprendre à grandir avec le VIH, à nous sentir confiants, valorisés et aimés et à pouvoir réaliser nos espoirs et nos rêves « Collectivement, nous avons laissé tomber des enfants et le but de nous unir est de renverser la vapeur », a déclaré Chip Lyons, président et chef de la direction de la Elizabeth Glaser Pediatric AIDS Foundation. 
« Les dirigeants qui parlent des enfants ont un grand pouvoir. Ne manquez jamais une occasion de parler des enfants.
Les organisations confessionnelles ont fourni une part importante des soins de santé liés au VIH depuis le début de l'épidémie de sida, en particulier dans les milieux aux ressources limitées. Ils entretiennent des liens étroits avec les communautés et sont des partenaires essentiels dans le travail pour changer les opinions, réduire la stigmatisation, fournir des preuves fondées sur des données et atteindre les plus marginalisés de la société qui ont souvent le plus besoin de services de santé vitaux. 
« Les communautés de foi sont le porte-voix de la confiance dans la communauté », a déclaré l'ambassadeur John Nkengasong, coordinateur américain de la lutte contre le sida dans le monde et représentant spécial pour la diplomatie de la santé. « Grâce à cette confiance, nous pouvons constater une augmentation de plus de 20% de l'utilisation des traitements pédiatriques en milieu rural - nous comptons sur vous et sur la confiance que les gens ont en vous. Nous nous engageons à travailler avec vous tous pour combler les lacunes et les obstacles qui créent les chiffres très alarmants que nous constatons chez les enfants.
Plus de 70 % des 1,7 million d'enfants vivant avec le VIH vivent dans seulement 10 pays africains. Cela fait de l'élimination du VIH chez les enfants un objectif réalisable. Si ces dix pays agissent, près des trois quarts du défi pourraient être surmontés.
La stigmatisation, la discrimination, les lois et politiques punitives, la violence et les inégalités sociétales et de genre enracinées entravent l'accès aux soins pour les femmes, les adolescents et les enfants. Les communautés confessionnelles peuvent être extrêmement efficaces pour éliminer la stigmatisation et demander des changements dans les lois et les politiques afin de garantir que toutes les personnes, y compris les enfants, sont en sécurité et protégées lorsqu'elles accèdent aux services liés au VIH.
"C'est votre bienveillance et votre compassion qui changent des vies et des mentalités. Dans chaque communauté, dans chaque pays, on vous fait confiance. Respecté. Écouté d'une manière que d'autres ne le sont pas. Votre capacité à influencer la façon dont les gens comprennent et réagissent au VIH est sans précédent. Vous êtes crucial – au centre – de ce travail », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l'ONUSIDA.
L'un des plus grands défis consiste à trouver rapidement des enfants vivant avec le VIH qui n'ont pas été diagnostiqués à la naissance ou pendant l'allaitement et à les orienter vers un traitement. Pour les jeunes enfants également, il est préoccupant que seuls 63 % des nourrissons exposés au VIH en 2021 aient été testés à l'âge de deux mois. Sans traitement, 50 % des nourrissons séropositifs mourront avant l'âge de deux ans.
De nouveaux objectifs ambitieux pour diagnostiquer les enfants et les lier aux soins ont été fixés pour 2023 et 2025, et une nouvelle Alliance mondiale pour mettre fin au sida chez les enfants vient d'être lancée, qui vise à mettre fin au sida chez les enfants d'ici 2030.
Dans tous ces efforts, les communautés confessionnelles jouent un rôle inestimable en aidant les gouvernements, les organisations internationales, les communautés de personnes vivant avec le VIH, les prestataires de services et bien d'autres à atteindre les nouveaux objectifs et à mettre fin au sida d'ici 2030. Cela inclut en particulier ceux qui sont le plus confrontés au VIH. difficultés à défendre leurs besoins — les enfants.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles