29.7 C
Kinshasa
vendredi, mai 24, 2024
spot_img

L’escalade de la violence fait des centaines de morts et des centaines de milliers de déplacés dans l’est de la RDC

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est profondément préoccupé par l’escalade des attaques meurtrières contre des civils par des groupes armés non étatiques dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

La dernière attaque violente s’est produite le 19 janvier sur le site de déplacés de Plaine Savo, dans la province d’Ituri. Des hommes armés ont pris d’assaut le site et ont tué deux adultes et cinq enfants. De nombreux abris ont été pillés et réduits en cendres. Quelque 17 000 personnes ont fui vers la ville voisine de Bule, où elles sont davantage en sécurité. Elles sont maintenant hébergées dans des écoles, des églises et des marchés de plein air mal couverts, sans nourriture ni eau suffisantes.

Plus de 200 civils ont été tués au cours des six dernières semaines en Ituri dans une série d’attaques menées par des groupes armés non étatiques, qui ont également détruit 2000 maisons et entraîné la fermeture ou la destruction de 80 écoles. Au moins 52 000 personnes ont fui leur foyer dans cette province qui accueille déjà 1,5 million de personnes déplacées. Parmi elles, 35 000 personnes ont trouvé une sécurité toute relative sur le site de Rhoe, où les abris d’urgence, les latrines communes et les espaces de cuisine collectifs sont désormais insuffisants pour accueillir une population de 70 000 personnes, soit près du double de la capacité prévue.

Des attaques ont également lieu dans la province voisine du Nord-Kivu, où une recrudescence des affrontements a lieu depuis mars 2022 et où 521 000 personnes ont fui pour sauver leur vie face aux bombardements aériens et au recrutement forcé par des groupes armés non étatiques. Quelque 120 000 personnes ont gagné les abords de la capitale provinciale de Goma, où elles jouissent d’une sécurité relative, portant leurs effets personnels sur la tête et leurs enfants sur le dos. Au total, 2,1 millions de personnes sont déracinées dans cette province ravagée par les conflits.

Dans ce contexte de grande instabilité, le HCR et ses partenaires continuent à fournir une assistance vitale aux populations déplacées. En janvier, nous avons aidé 1154 familles comprenant des personnes handicapées, des femmes enceintes et d’autres personnes vulnérables à s’installer dans des abris d’urgence nouvellement construits sur le site de Buchagara, près de Goma au Nord-Kivu, et nous allons construire 1000 nouveaux abris bâchés sur le site de Rhoe en Ituri.  

La construction à Buchagara se poursuit bien que le HCR n’ait reçu que 46% des fonds dont il a besoin en 2022, mais cela n’a été possible qu’en renonçant à donner la priorité à d’autres besoins, comme les programmes éducatifs. Pour 2023, le HCR a besoin de 233 millions de dollars pour venir en aide aux déplacés internes et aux réfugiés en RDC.

La violence et l’instabilité dans la région ont également pour conséquence que le HCR et ses partenaires doivent fournir des abris, gérer les sites et assurer la protection des personnes en dépit des risques pour la sécurité du personnel humanitaire. Le HCR insiste sur le fait que les acteurs humanitaires et les civils ne doivent pas être pris pour cible dans le cadre de conflits armés et appelle toutes les parties à respecter le caractère civil et humanitaire des sites de déplacés.

Plus de 5,6 millions de personnes sont déplacées en RDC, ce qui en fait la plus grande population déplacée du continent africain et l’une des plus importantes au monde. Le pays accueille également 524 700 réfugiés.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

L’escalade de la violence fait des centaines de morts et des centaines de milliers de déplacés dans l’est de la RDC

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est profondément préoccupé par l’escalade des attaques meurtrières contre des civils par des groupes armés non étatiques dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

La dernière attaque violente s’est produite le 19 janvier sur le site de déplacés de Plaine Savo, dans la province d’Ituri. Des hommes armés ont pris d’assaut le site et ont tué deux adultes et cinq enfants. De nombreux abris ont été pillés et réduits en cendres. Quelque 17 000 personnes ont fui vers la ville voisine de Bule, où elles sont davantage en sécurité. Elles sont maintenant hébergées dans des écoles, des églises et des marchés de plein air mal couverts, sans nourriture ni eau suffisantes.

Plus de 200 civils ont été tués au cours des six dernières semaines en Ituri dans une série d’attaques menées par des groupes armés non étatiques, qui ont également détruit 2000 maisons et entraîné la fermeture ou la destruction de 80 écoles. Au moins 52 000 personnes ont fui leur foyer dans cette province qui accueille déjà 1,5 million de personnes déplacées. Parmi elles, 35 000 personnes ont trouvé une sécurité toute relative sur le site de Rhoe, où les abris d’urgence, les latrines communes et les espaces de cuisine collectifs sont désormais insuffisants pour accueillir une population de 70 000 personnes, soit près du double de la capacité prévue.

Des attaques ont également lieu dans la province voisine du Nord-Kivu, où une recrudescence des affrontements a lieu depuis mars 2022 et où 521 000 personnes ont fui pour sauver leur vie face aux bombardements aériens et au recrutement forcé par des groupes armés non étatiques. Quelque 120 000 personnes ont gagné les abords de la capitale provinciale de Goma, où elles jouissent d’une sécurité relative, portant leurs effets personnels sur la tête et leurs enfants sur le dos. Au total, 2,1 millions de personnes sont déracinées dans cette province ravagée par les conflits.

Dans ce contexte de grande instabilité, le HCR et ses partenaires continuent à fournir une assistance vitale aux populations déplacées. En janvier, nous avons aidé 1154 familles comprenant des personnes handicapées, des femmes enceintes et d’autres personnes vulnérables à s’installer dans des abris d’urgence nouvellement construits sur le site de Buchagara, près de Goma au Nord-Kivu, et nous allons construire 1000 nouveaux abris bâchés sur le site de Rhoe en Ituri.  

La construction à Buchagara se poursuit bien que le HCR n’ait reçu que 46% des fonds dont il a besoin en 2022, mais cela n’a été possible qu’en renonçant à donner la priorité à d’autres besoins, comme les programmes éducatifs. Pour 2023, le HCR a besoin de 233 millions de dollars pour venir en aide aux déplacés internes et aux réfugiés en RDC.

La violence et l’instabilité dans la région ont également pour conséquence que le HCR et ses partenaires doivent fournir des abris, gérer les sites et assurer la protection des personnes en dépit des risques pour la sécurité du personnel humanitaire. Le HCR insiste sur le fait que les acteurs humanitaires et les civils ne doivent pas être pris pour cible dans le cadre de conflits armés et appelle toutes les parties à respecter le caractère civil et humanitaire des sites de déplacés.

Plus de 5,6 millions de personnes sont déplacées en RDC, ce qui en fait la plus grande population déplacée du continent africain et l’une des plus importantes au monde. Le pays accueille également 524 700 réfugiés.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles