28.2 C
Kinshasa
samedi, mai 18, 2024
spot_img

L’ONU salue la décision de la Cour suprême de dépénaliser les relations homosexuelles à Maurice

Les Nations Unies à Maurice, qui comprennent l’ONUSIDA, le FNUAP, le HCDH, le PNUD et l’OMS, se félicitent de la décision rendue aujourd’hui par la Cour suprême de Maurice selon laquelle une loi discriminatoire criminalisant les relations consensuelles entre personnes de même sexe est inconstitutionnelle et sera immédiatement radiée. le code juridique. Auparavant, en vertu de l’article 250 du Code pénal mauricien (qui datait de 1898), toute personne reconnue coupable pouvait encourir jusqu’à cinq ans de prison.

« La Cour suprême a annulé aujourd’hui une loi coloniale obsolète et démontré son engagement en faveur de la non-discrimination et du fait de ne laisser personne de côté », a déclaré Lisa Singh, coordonnatrice résidente des Nations Unies à Maurice. « L’ONU à Maurice et au niveau international salue la décision de Maurice de rejoindre la liste croissante des pays africains protégeant les droits humains de chacun, y compris des personnes LGBTQI+ ». La décision notait que « l’article 250 n’a pas été introduit à Maurice pour refléter les valeurs autochtones mauriciennes, mais a été hérité de la Grande-Bretagne dans le cadre de l’histoire coloniale. Sa promulgation n’était pas l’expression d’une volonté démocratique nationale, mais était une ligne de conduite imposée à Maurice et à d’autres colonies par la domination britannique. Il a également noté qu’un nombre croissant de pays ont décriminalisé les relations sexuelles consensuelles entre personnes de même sexe, notamment le Royaume-Uni qui a abrogé sa loi en 1967.

« La décision de Maurice de décriminaliser l’homosexualité est un pas en avant important pour la santé publique et un pas vers l’égalité des droits, le respect et la dignité pour la communauté LGBTQI », a déclaré Anne Githuku-Shongwe, Directrice de l’équipe de soutien régional de l’ONUSIDA pour l’Afrique orientale et australe.

« L’ONUSIDA félicite Maurice pour la décision d’aujourd’hui qui signifie que les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes auront un accès beaucoup plus facile aux services de santé et sociaux dont ils ont besoin sans craindre d’être arrêtés ou criminalisés. Il faudra continuer à œuvrer pour éliminer les barrières de la stigmatisation et de la discrimination envers la communauté LGBTQI, mais la décision d’aujourd’hui constitue un pas positif dans la bonne direction. Cela sauvera des vies. Maurice devient le dernier d’une liste croissante de pays à déclarer inconstitutionnelles les lois qui criminalisent les personnes LGBTQI. Cependant, l’ONUSIDA estime que 66 pays ont encore des lois qui criminalisent les relations consensuelles entre personnes de même sexe. En plus de violer les droits humains des personnes LGBTQI, ces lois entravent l’accès aux services de santé et sociaux, y compris aux services liés au VIH. De telles lois alimentent la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes LGBTQI et les exposent constamment à la peur d’être punies ou détenues ».

L’affaire a été portée par Abdool Ridwan Firaas Ah Seek, président d’Arc-en-Ciel, la plus grande et la plus ancienne organisation mauricienne défendant les droits humains des personnes LGBTQI, et a été soutenue par des partenaires, dont le Human Dignity Trust.

Les organisations de la société civile, en particulier les organisations dirigées par les communautés, sont à l’avant-garde d’une vague mondiale de progrès qui fait progresser l’accès à la santé pour tous. L’ONUSIDA exhorte tous les pays à décriminaliser les relations sexuelles entre personnes de même sexe. La décriminalisation sauve et change des vies.

Maneesh Gobin, procureur général et ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale de Maurice, a déclaré : « Conformément à son respect internationalement reconnu de l’État de droit, Maurice fera effectivement rapport aux États membres des Nations Unies lors du prochain cycle de l’Examen périodique universel ».

L’Examen périodique universel est un mécanisme unique du Conseil des droits de l’homme qui demande à chaque État membre de l’ONU de se soumettre à un examen par les pairs de son bilan en matière de droits de l’homme tous les 4,5 ans.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

L’ONU salue la décision de la Cour suprême de dépénaliser les relations homosexuelles à Maurice

Les Nations Unies à Maurice, qui comprennent l’ONUSIDA, le FNUAP, le HCDH, le PNUD et l’OMS, se félicitent de la décision rendue aujourd’hui par la Cour suprême de Maurice selon laquelle une loi discriminatoire criminalisant les relations consensuelles entre personnes de même sexe est inconstitutionnelle et sera immédiatement radiée. le code juridique. Auparavant, en vertu de l’article 250 du Code pénal mauricien (qui datait de 1898), toute personne reconnue coupable pouvait encourir jusqu’à cinq ans de prison.

« La Cour suprême a annulé aujourd’hui une loi coloniale obsolète et démontré son engagement en faveur de la non-discrimination et du fait de ne laisser personne de côté », a déclaré Lisa Singh, coordonnatrice résidente des Nations Unies à Maurice. « L’ONU à Maurice et au niveau international salue la décision de Maurice de rejoindre la liste croissante des pays africains protégeant les droits humains de chacun, y compris des personnes LGBTQI+ ». La décision notait que « l’article 250 n’a pas été introduit à Maurice pour refléter les valeurs autochtones mauriciennes, mais a été hérité de la Grande-Bretagne dans le cadre de l’histoire coloniale. Sa promulgation n’était pas l’expression d’une volonté démocratique nationale, mais était une ligne de conduite imposée à Maurice et à d’autres colonies par la domination britannique. Il a également noté qu’un nombre croissant de pays ont décriminalisé les relations sexuelles consensuelles entre personnes de même sexe, notamment le Royaume-Uni qui a abrogé sa loi en 1967.

« La décision de Maurice de décriminaliser l’homosexualité est un pas en avant important pour la santé publique et un pas vers l’égalité des droits, le respect et la dignité pour la communauté LGBTQI », a déclaré Anne Githuku-Shongwe, Directrice de l’équipe de soutien régional de l’ONUSIDA pour l’Afrique orientale et australe.

« L’ONUSIDA félicite Maurice pour la décision d’aujourd’hui qui signifie que les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes auront un accès beaucoup plus facile aux services de santé et sociaux dont ils ont besoin sans craindre d’être arrêtés ou criminalisés. Il faudra continuer à œuvrer pour éliminer les barrières de la stigmatisation et de la discrimination envers la communauté LGBTQI, mais la décision d’aujourd’hui constitue un pas positif dans la bonne direction. Cela sauvera des vies. Maurice devient le dernier d’une liste croissante de pays à déclarer inconstitutionnelles les lois qui criminalisent les personnes LGBTQI. Cependant, l’ONUSIDA estime que 66 pays ont encore des lois qui criminalisent les relations consensuelles entre personnes de même sexe. En plus de violer les droits humains des personnes LGBTQI, ces lois entravent l’accès aux services de santé et sociaux, y compris aux services liés au VIH. De telles lois alimentent la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes LGBTQI et les exposent constamment à la peur d’être punies ou détenues ».

L’affaire a été portée par Abdool Ridwan Firaas Ah Seek, président d’Arc-en-Ciel, la plus grande et la plus ancienne organisation mauricienne défendant les droits humains des personnes LGBTQI, et a été soutenue par des partenaires, dont le Human Dignity Trust.

Les organisations de la société civile, en particulier les organisations dirigées par les communautés, sont à l’avant-garde d’une vague mondiale de progrès qui fait progresser l’accès à la santé pour tous. L’ONUSIDA exhorte tous les pays à décriminaliser les relations sexuelles entre personnes de même sexe. La décriminalisation sauve et change des vies.

Maneesh Gobin, procureur général et ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale de Maurice, a déclaré : « Conformément à son respect internationalement reconnu de l’État de droit, Maurice fera effectivement rapport aux États membres des Nations Unies lors du prochain cycle de l’Examen périodique universel ».

L’Examen périodique universel est un mécanisme unique du Conseil des droits de l’homme qui demande à chaque État membre de l’ONU de se soumettre à un examen par les pairs de son bilan en matière de droits de l’homme tous les 4,5 ans.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles