28.2 C
Kinshasa
vendredi, mai 24, 2024
spot_img

L’Unicef plaide pour que les allocations budgétaires supplémentaires soient apportées aux secteurs liés aux droits des enfants 

Le bureau du Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) en République démocratique du Congo  plaide pour que les allocations budgétaires supplémentaires soient apportées aux secteurs qui favorisent la réalisation des droits des enfants.

Au cours d’un « Lunch meeting », organisé ce vendredi par le ministère congolais du Budget avec les secteurs sociaux impliqués dans les questions liées à l’enfant,  l’Unicef a saisi la balle au bond pour sensibiliser les  décideurs congolais sur  les questions du budget au regard des défis qui interpellent le pays quant à la réalisation des droits des enfants.

« Comme vous avez vu à travers des exposés, les efforts importants ont été faits par le Gouvernement congolais. La mortalité a reculé entre 2007 et 2018, l’enregistrement  des enfants à la naissance a augmenté et s’établit à peu près à 40% aujourd’hui. Pour ce qui est des enfants mal nourris, nous avons enrôlé plus de 380 enfants dans le programme de prise en charge de malnutrition. Mais à côté de ces progrès que nous saluons, les défis restent importants. Il est question pour nous ici de sensibiliser le gouvernement afin que  les  allocations budgétaires supplémentaires soient aussi  apportées aux secteurs qui favorisent la réalisation des droits des enfants », a indiqué Gildas Banda, Chef Planning représentant adjoint (Oic). C’était avant de souligner ceci : «  La population congolaise est très jeunes, alors si nous voulons que le Congo tire profit de cette dividende démographique, il est important d’investir dans la santé des enfants, dans la vaccination, dans l’éducation des enfants à travers l’accompagnement au programme de gratuité que  le gouvernement a mis en œuvre, dans la protection des enfants à travers l’enregistrement des naissances, le recul des mariages précoces ».

L’Unicef promet de continuer son appui  et de faire en sorte que  les jeunes congolais d’aujourd’hui puissent participer  de manière saine et épanouie au développement de leur pays.

Au-delà de ces mots forts, pleins d’interpellations à l’endroit de l’assistance constituée de plusieurs députés nationaux  et des experts selon les secteurs, Madame Colette Mata de la Direction générale des politiques et programmation budgétaire s’est réjoui de l’opportunité.

«  Cette journée a été très capitale pour nous, surtout nous qui sommes budgétaires. Cet exercice a consisté à ce qu’on ait les politiques publiques des secteurs sociaux qui ont des questions des enfants pour que l’on puisse les enrichir lorsque nous allons tenir notre séminaire d’orientation qui est une activité de pré conférence budgétaire et ça va nous permettre d’avoir les politiques liées aux enfants enrichies par les sectoriels que nous aurons à placer dans le budget », a-t-elle dit.

Ces politiques doivent être en lien avec la stratégie nationale de développement du pays et qui cadre avec le programme d’actions du gouvernement.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

L’Unicef plaide pour que les allocations budgétaires supplémentaires soient apportées aux secteurs liés aux droits des enfants 

Le bureau du Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) en République démocratique du Congo  plaide pour que les allocations budgétaires supplémentaires soient apportées aux secteurs qui favorisent la réalisation des droits des enfants.

Au cours d’un « Lunch meeting », organisé ce vendredi par le ministère congolais du Budget avec les secteurs sociaux impliqués dans les questions liées à l’enfant,  l’Unicef a saisi la balle au bond pour sensibiliser les  décideurs congolais sur  les questions du budget au regard des défis qui interpellent le pays quant à la réalisation des droits des enfants.

« Comme vous avez vu à travers des exposés, les efforts importants ont été faits par le Gouvernement congolais. La mortalité a reculé entre 2007 et 2018, l’enregistrement  des enfants à la naissance a augmenté et s’établit à peu près à 40% aujourd’hui. Pour ce qui est des enfants mal nourris, nous avons enrôlé plus de 380 enfants dans le programme de prise en charge de malnutrition. Mais à côté de ces progrès que nous saluons, les défis restent importants. Il est question pour nous ici de sensibiliser le gouvernement afin que  les  allocations budgétaires supplémentaires soient aussi  apportées aux secteurs qui favorisent la réalisation des droits des enfants », a indiqué Gildas Banda, Chef Planning représentant adjoint (Oic). C’était avant de souligner ceci : «  La population congolaise est très jeunes, alors si nous voulons que le Congo tire profit de cette dividende démographique, il est important d’investir dans la santé des enfants, dans la vaccination, dans l’éducation des enfants à travers l’accompagnement au programme de gratuité que  le gouvernement a mis en œuvre, dans la protection des enfants à travers l’enregistrement des naissances, le recul des mariages précoces ».

L’Unicef promet de continuer son appui  et de faire en sorte que  les jeunes congolais d’aujourd’hui puissent participer  de manière saine et épanouie au développement de leur pays.

Au-delà de ces mots forts, pleins d’interpellations à l’endroit de l’assistance constituée de plusieurs députés nationaux  et des experts selon les secteurs, Madame Colette Mata de la Direction générale des politiques et programmation budgétaire s’est réjoui de l’opportunité.

«  Cette journée a été très capitale pour nous, surtout nous qui sommes budgétaires. Cet exercice a consisté à ce qu’on ait les politiques publiques des secteurs sociaux qui ont des questions des enfants pour que l’on puisse les enrichir lorsque nous allons tenir notre séminaire d’orientation qui est une activité de pré conférence budgétaire et ça va nous permettre d’avoir les politiques liées aux enfants enrichies par les sectoriels que nous aurons à placer dans le budget », a-t-elle dit.

Ces politiques doivent être en lien avec la stratégie nationale de développement du pays et qui cadre avec le programme d’actions du gouvernement.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles