25.2 C
Kinshasa
jeudi, juillet 18, 2024
spot_img

Lutte contre le VIH/SIDA: Les gouvernements, la société civile et les agences des Nations unies s’unissent pour « accélérer et soutenir » une réponse résiliente

Lors de la 54e réunion du Conseil de Coordination du Programme (CCP) de l’ONUSIDA qui s’est achevée aujourd’hui à Genève, en Suisse, les gouvernements, la société civile et les institutions des Nations Unies se sont unis dans un engagement commun pour accélérer les progrès en vue d’atteindre les objectifs de lutte contre le sida de 2025 et de maintenir les acquis de la riposte mondiale au VIH à l’horizon 2030 et au-delà.  C’est ce qu’indique un communiqué parvenu ce matin à congocroissance.com

Dans son discours d’ouverture de la réunion, la directrice exécutive de l’ONUSIDA, Winnie Byanyima, a souligné l’urgence d’accélérer les progrès pour atteindre l’objectif de 2030 visant à mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique. « Le monde a six ans pour réduire les nouveaux taux d’infection par le VIH, étendre les traitements antirétroviraux et réduire les décès liés au sida, mais seulement 18 mois pour atteindre les objectifs de 2025 qui détermineront si les pays pourront ou non mettre fin à leurs pandémies d’ici 2030. »

Elle a averti qu’il n’y avait « rien de durable dans une pandémie en expansion » et a appelé les membres à se joindre à l’ONUSIDA pour « faire tout ce qui est en notre pouvoir » en matière de prévention du VIH, rendre les médicaments et les technologies de santé pour la prévention et le traitement du VIH équitables, abordables et accessibles, et construire des systèmes de santé plus solides ».

« Nous avons le choix », a déclaré Mme Byanyima. « Nous pouvons accélérer maintenant, faire baisser les taux et réussir. Ou nous pouvons nous laisser distraire, nous concentrer uniquement sur ce que nous avons gagné jusqu’à présent et manquer l’occasion de mettre fin au sida. Nous devons accélérer afin de pérenniser notre action ».

Elle a noté que la durabilité exigeait également des progrès en matière d’élargissement de l’espace budgétaire et de lutte contre l’endettement des pays à revenu faible et intermédiaire, de protection des droits de l’homme et d’égalité des sexes, et a appelé tous les partenaires et alliés à adopter une « vision audacieuse de la durabilité, capable de mettre un terme à la pandémie de sida ».

Mme Byanyima a mis l’accent sur les contraintes financières qui entravent les progrès de la riposte au sida, en soulignant le manque de financement de 8,5 milliards de dollars pour le VIH. En 2022, 20,8 milliards de dollars étaient disponibles pour le financement de la lutte contre le VIH dans les pays à revenu faible et intermédiaire, alors que les besoins sont estimés à 29,3 milliards de dollars d’ici à 2025. Elle a appelé tous les donateurs à veiller à ce que le programme commun soit entièrement financé aux niveaux minimums convenus de 160 millions de dollars pour 2024.

Le jour de l’ouverture de la réunion, l’Allemagne a annoncé qu’elle augmenterait son financement à l’ONUSIDA. « L’Allemagne a décidé d’augmenter sa contribution à l’ONUSIDA en 2024 de 2 millions d’euros, passant de 4,75 millions d’euros en 2023 à 6,75 millions d’euros. Nous sommes convaincus que cette décision contribuera à répondre aux exigences budgétaires minimales de 160 millions de dollars US afin que l’ONUSIDA puisse mettre en œuvre son plan de travail et son budget de manière adéquate », a déclaré Binod Mahanty, conseiller politique principal au ministère fédéral de la Santé de l’Allemagne.

Le Conseil a examiné les résultats du Programme commun et a apprécié la vaste portée et la contribution approfondie de l’ONUSIDA à la riposte mondiale au sida aux niveaux mondial, régional et national.

Le rôle essentiel des communautés dans la poursuite de la riposte au VIH a été mis en évidence comme un élément central de la durabilité de la riposte au VIH, qui a fait l’objet du segment thématique de la dernière journée : Pérenniser les acquis de la riposte mondiale au VIH à l’horizon 2030 et au-delà.

Mme Byanyima a déclaré : « Pour mettre fin au sida, il faut s’appuyer sur les personnes vivant avec le VIH, la société civile et les communautés. Ils sont indispensables et non négociables pour mettre fin à la pandémie, soutenir la riposte et garantir la responsabilisation de tous.

Florence Riako Anam, codirectrice exécutive du Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (GNP+), a prononcé un discours liminaire puissant lors de la session thématique, en déclarant : « Les personnes vivant avec le VIH seront là en 2031. Pour nous, la durabilité de la riposte au VIH est un voyage de transformation et non une destination avec une date butoir. » Parmi les autres orateurs principaux, citons S.E. Edwin. Dikoloti, ministre de la Santé du Botswana, et l’ancienne présidente de la République du Chili, Michelle Bachelet.

En amont du CCP, s’appuyant sur son partenariat de longue date avec le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, l’ONUSIDA a signé un nouveau cadre stratégique de coopération et de collaboration pour mettre fin au sida. Se joignant aux discussions du CCP, le directeur du Fonds mondial, Peter Sands, a déclaré : « L’optimisation de l’intégration du VIH et des soins de santé primaires nécessite des partenariats bien coordonnés entre les gouvernements, les entreprises du secteur privé, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales ».

John Nkengasong, coordinateur américain de la lutte mondiale contre le sida et responsable du PEPFAR, a déclaré que les progrès étaient fragiles et qu’ils devaient être maintenus. L’année 2030 est cruciale car, à ce moment-là, la communauté mondiale dira soit « nous avons fait de notre mieux et nous ne savons pas quoi faire d’autre », soit « OUI ! nous pouvons atteindre la ligne d’arrivée »… L’année 2030 est un moment important. Il a également demandé que l’ONUSIDA soit entièrement financé afin de poursuivre son travail qui sauve des vies.

La réunion du Conseil a été l’occasion pour l’ONUSIDA d’annoncer la création d’un nouveau groupe de haut niveau sur un Programme commun de l’ONUSIDA résilient et adapté aux besoins. Le groupe examinera l’évolution de la pandémie et de la riposte mondiale, ainsi que l’évolution des besoins des pays dans le contexte général du mandat du programme commun.

Cette semaine a également vu la publication d’un nouveau rapport sur la consommation de drogues, la réduction des risques et le droit à la santé, qui démontre la nécessité pour la santé publique d’abandonner les approches punitives à l’égard des personnes qui consomment des drogues – un pas en avant pour garantir l’accès aux soins de santé pour les communautés marginalisées.

Le CCP (54th ) était présidé par le Kenya, représenté par Harry Kimtai, Secrétaire principal, Département d’Etat pour les services médicaux, Nairobi, le Brésil assurant la vice-présidence et les Pays-Bas le rôle de Rapporteur. Le rapport au Conseil par le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, les rapports pour chaque point de l’ordre du jour et les décisions du CCP peuvent être consultés à l’adresse suivante : 54th Conseil de Coordination du Programme de l’ONUSIDA.

La réunion 55e du CCP aura lieu du 10 au 12 décembre 2024, à Nairobi, au Kenya.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Lutte contre le VIH/SIDA: Les gouvernements, la société civile et les agences des Nations unies s’unissent pour « accélérer et soutenir » une réponse résiliente

Lors de la 54e réunion du Conseil de Coordination du Programme (CCP) de l’ONUSIDA qui s’est achevée aujourd’hui à Genève, en Suisse, les gouvernements, la société civile et les institutions des Nations Unies se sont unis dans un engagement commun pour accélérer les progrès en vue d’atteindre les objectifs de lutte contre le sida de 2025 et de maintenir les acquis de la riposte mondiale au VIH à l’horizon 2030 et au-delà.  C’est ce qu’indique un communiqué parvenu ce matin à congocroissance.com

Dans son discours d’ouverture de la réunion, la directrice exécutive de l’ONUSIDA, Winnie Byanyima, a souligné l’urgence d’accélérer les progrès pour atteindre l’objectif de 2030 visant à mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique. « Le monde a six ans pour réduire les nouveaux taux d’infection par le VIH, étendre les traitements antirétroviraux et réduire les décès liés au sida, mais seulement 18 mois pour atteindre les objectifs de 2025 qui détermineront si les pays pourront ou non mettre fin à leurs pandémies d’ici 2030. »

Elle a averti qu’il n’y avait « rien de durable dans une pandémie en expansion » et a appelé les membres à se joindre à l’ONUSIDA pour « faire tout ce qui est en notre pouvoir » en matière de prévention du VIH, rendre les médicaments et les technologies de santé pour la prévention et le traitement du VIH équitables, abordables et accessibles, et construire des systèmes de santé plus solides ».

« Nous avons le choix », a déclaré Mme Byanyima. « Nous pouvons accélérer maintenant, faire baisser les taux et réussir. Ou nous pouvons nous laisser distraire, nous concentrer uniquement sur ce que nous avons gagné jusqu’à présent et manquer l’occasion de mettre fin au sida. Nous devons accélérer afin de pérenniser notre action ».

Elle a noté que la durabilité exigeait également des progrès en matière d’élargissement de l’espace budgétaire et de lutte contre l’endettement des pays à revenu faible et intermédiaire, de protection des droits de l’homme et d’égalité des sexes, et a appelé tous les partenaires et alliés à adopter une « vision audacieuse de la durabilité, capable de mettre un terme à la pandémie de sida ».

Mme Byanyima a mis l’accent sur les contraintes financières qui entravent les progrès de la riposte au sida, en soulignant le manque de financement de 8,5 milliards de dollars pour le VIH. En 2022, 20,8 milliards de dollars étaient disponibles pour le financement de la lutte contre le VIH dans les pays à revenu faible et intermédiaire, alors que les besoins sont estimés à 29,3 milliards de dollars d’ici à 2025. Elle a appelé tous les donateurs à veiller à ce que le programme commun soit entièrement financé aux niveaux minimums convenus de 160 millions de dollars pour 2024.

Le jour de l’ouverture de la réunion, l’Allemagne a annoncé qu’elle augmenterait son financement à l’ONUSIDA. « L’Allemagne a décidé d’augmenter sa contribution à l’ONUSIDA en 2024 de 2 millions d’euros, passant de 4,75 millions d’euros en 2023 à 6,75 millions d’euros. Nous sommes convaincus que cette décision contribuera à répondre aux exigences budgétaires minimales de 160 millions de dollars US afin que l’ONUSIDA puisse mettre en œuvre son plan de travail et son budget de manière adéquate », a déclaré Binod Mahanty, conseiller politique principal au ministère fédéral de la Santé de l’Allemagne.

Le Conseil a examiné les résultats du Programme commun et a apprécié la vaste portée et la contribution approfondie de l’ONUSIDA à la riposte mondiale au sida aux niveaux mondial, régional et national.

Le rôle essentiel des communautés dans la poursuite de la riposte au VIH a été mis en évidence comme un élément central de la durabilité de la riposte au VIH, qui a fait l’objet du segment thématique de la dernière journée : Pérenniser les acquis de la riposte mondiale au VIH à l’horizon 2030 et au-delà.

Mme Byanyima a déclaré : « Pour mettre fin au sida, il faut s’appuyer sur les personnes vivant avec le VIH, la société civile et les communautés. Ils sont indispensables et non négociables pour mettre fin à la pandémie, soutenir la riposte et garantir la responsabilisation de tous.

Florence Riako Anam, codirectrice exécutive du Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (GNP+), a prononcé un discours liminaire puissant lors de la session thématique, en déclarant : « Les personnes vivant avec le VIH seront là en 2031. Pour nous, la durabilité de la riposte au VIH est un voyage de transformation et non une destination avec une date butoir. » Parmi les autres orateurs principaux, citons S.E. Edwin. Dikoloti, ministre de la Santé du Botswana, et l’ancienne présidente de la République du Chili, Michelle Bachelet.

En amont du CCP, s’appuyant sur son partenariat de longue date avec le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, l’ONUSIDA a signé un nouveau cadre stratégique de coopération et de collaboration pour mettre fin au sida. Se joignant aux discussions du CCP, le directeur du Fonds mondial, Peter Sands, a déclaré : « L’optimisation de l’intégration du VIH et des soins de santé primaires nécessite des partenariats bien coordonnés entre les gouvernements, les entreprises du secteur privé, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales ».

John Nkengasong, coordinateur américain de la lutte mondiale contre le sida et responsable du PEPFAR, a déclaré que les progrès étaient fragiles et qu’ils devaient être maintenus. L’année 2030 est cruciale car, à ce moment-là, la communauté mondiale dira soit « nous avons fait de notre mieux et nous ne savons pas quoi faire d’autre », soit « OUI ! nous pouvons atteindre la ligne d’arrivée »… L’année 2030 est un moment important. Il a également demandé que l’ONUSIDA soit entièrement financé afin de poursuivre son travail qui sauve des vies.

La réunion du Conseil a été l’occasion pour l’ONUSIDA d’annoncer la création d’un nouveau groupe de haut niveau sur un Programme commun de l’ONUSIDA résilient et adapté aux besoins. Le groupe examinera l’évolution de la pandémie et de la riposte mondiale, ainsi que l’évolution des besoins des pays dans le contexte général du mandat du programme commun.

Cette semaine a également vu la publication d’un nouveau rapport sur la consommation de drogues, la réduction des risques et le droit à la santé, qui démontre la nécessité pour la santé publique d’abandonner les approches punitives à l’égard des personnes qui consomment des drogues – un pas en avant pour garantir l’accès aux soins de santé pour les communautés marginalisées.

Le CCP (54th ) était présidé par le Kenya, représenté par Harry Kimtai, Secrétaire principal, Département d’Etat pour les services médicaux, Nairobi, le Brésil assurant la vice-présidence et les Pays-Bas le rôle de Rapporteur. Le rapport au Conseil par le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, les rapports pour chaque point de l’ordre du jour et les décisions du CCP peuvent être consultés à l’adresse suivante : 54th Conseil de Coordination du Programme de l’ONUSIDA.

La réunion 55e du CCP aura lieu du 10 au 12 décembre 2024, à Nairobi, au Kenya.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles