25.2 C
Kinshasa
jeudi, juin 20, 2024
spot_img

Sylvia Testa de l’Unicef : «  Il est impératif de se mobiliser pour pérenniser la gratuité de l’enseignement »

Le bureau du Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) en République démocratique du Congo a échangé le vendredi dernier avec quelques députés nationaux sur la qualité de l’éducation des enfants et sur les mesures d’accompagnement de la gratuité de l’enseignement de base mise en application depuis 2019.  C’était au cours d’une journée d’information marquant le lancement de la campagne : « Chaque enfant a le droit d’aller à l’école et d’avoir un enseignement de qualité ».

Selon Sylvia Testa de l’Unicef, cette campagne s’intègre dans les priorités mondiales de plaidoyer de l’Unicef 2021-2025 concernant l’éducation et particulièrement la réponse à la crise de l’apprentissage en mettant l’accent sur les enfants  les plus vulnérables et marginalisés.

« Cette campagne se présente aussi comme un soutien aux objectifs de Développement durable et particulièrement l’Objectif 4 (…) le Gouvernement a fait des avancées remarquables pour la promotion de l’éducation. Le taux net de fréquentation est passé de 52%  en 2001 à 78% en 2018. Ce qui est louable pour l’intérêt des enfants congolais. Mais, il y a encore des défis à relever dans l’actuel système éducatif congolais », avait fait savoir la délégué de l’Unicef à l’intention des députés nationaux.

Les dernières données révélées par l’Unicef, renseignent qu’environs 4 millions d’enfants de 6 à 11 ans sont toujours  hors de l’école. Ce qui représente à peu près 21% du total des enfants de ce groupe d’âge. Des chiffres qui donnent froid au dos et devront interpeller l’Etat congolais à changer des stratégies.

 «  Je suis  très contente  d’avoir participé à cette rencontre, parce qu’il y a des choses aussi que j’ai bien apprises. C’est une initiative que je loue d’abord de l’Unicef et j’espère qu’elle ne sera pas la dernière, parce que nous n’avons pas fini. Il y a encore des choses à  toujours régler et on doit aussi  continuer de partager sur la problématique et trouver une résolution ensemble pour accompagner le gouvernement, parce que vous savez le problème de l’éducation, c’est l’élément de base d’un pays »,  s’était exprimée le député nationale, Winny Muabilu, visiblement touchée par l’énormité du défis à relever.

«  Nous avons beaucoup de défis à relever et nous allons le faire ensemble. Car il est impératif de se mobiliser pour pérenniser la gratuité de l’enseignement, promouvoir la qualité de l’éducation malgré les effectifs pléthoriques dans les écoles publiques depuis la mise en œuvre de ka gratuité  de l’enseignement, mais aussi conduire des réformes structurelles et institutionnelles en vue de la  rationalisation et de l’efficience des ressources  du secteur de l’éducation et assurer l’intégration et la mise en œuvre d’une planification sectorielle basée sur le genre », a conclu Sylvia Testa.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Sylvia Testa de l’Unicef : «  Il est impératif de se mobiliser pour pérenniser la gratuité de l’enseignement »

Le bureau du Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) en République démocratique du Congo a échangé le vendredi dernier avec quelques députés nationaux sur la qualité de l’éducation des enfants et sur les mesures d’accompagnement de la gratuité de l’enseignement de base mise en application depuis 2019.  C’était au cours d’une journée d’information marquant le lancement de la campagne : « Chaque enfant a le droit d’aller à l’école et d’avoir un enseignement de qualité ».

Selon Sylvia Testa de l’Unicef, cette campagne s’intègre dans les priorités mondiales de plaidoyer de l’Unicef 2021-2025 concernant l’éducation et particulièrement la réponse à la crise de l’apprentissage en mettant l’accent sur les enfants  les plus vulnérables et marginalisés.

« Cette campagne se présente aussi comme un soutien aux objectifs de Développement durable et particulièrement l’Objectif 4 (…) le Gouvernement a fait des avancées remarquables pour la promotion de l’éducation. Le taux net de fréquentation est passé de 52%  en 2001 à 78% en 2018. Ce qui est louable pour l’intérêt des enfants congolais. Mais, il y a encore des défis à relever dans l’actuel système éducatif congolais », avait fait savoir la délégué de l’Unicef à l’intention des députés nationaux.

Les dernières données révélées par l’Unicef, renseignent qu’environs 4 millions d’enfants de 6 à 11 ans sont toujours  hors de l’école. Ce qui représente à peu près 21% du total des enfants de ce groupe d’âge. Des chiffres qui donnent froid au dos et devront interpeller l’Etat congolais à changer des stratégies.

 «  Je suis  très contente  d’avoir participé à cette rencontre, parce qu’il y a des choses aussi que j’ai bien apprises. C’est une initiative que je loue d’abord de l’Unicef et j’espère qu’elle ne sera pas la dernière, parce que nous n’avons pas fini. Il y a encore des choses à  toujours régler et on doit aussi  continuer de partager sur la problématique et trouver une résolution ensemble pour accompagner le gouvernement, parce que vous savez le problème de l’éducation, c’est l’élément de base d’un pays »,  s’était exprimée le député nationale, Winny Muabilu, visiblement touchée par l’énormité du défis à relever.

«  Nous avons beaucoup de défis à relever et nous allons le faire ensemble. Car il est impératif de se mobiliser pour pérenniser la gratuité de l’enseignement, promouvoir la qualité de l’éducation malgré les effectifs pléthoriques dans les écoles publiques depuis la mise en œuvre de ka gratuité  de l’enseignement, mais aussi conduire des réformes structurelles et institutionnelles en vue de la  rationalisation et de l’efficience des ressources  du secteur de l’éducation et assurer l’intégration et la mise en œuvre d’une planification sectorielle basée sur le genre », a conclu Sylvia Testa.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles