25.2 C
Kinshasa
jeudi, juin 20, 2024
spot_img

Un deuxième cas de décès d’ebola à Mbandaka

Un deuxième cas de décès de la fièvre hémorragique d'Ebola vient d'être enregistré dans la ville de Mbandaka, capitale de la province de l’Équateur, située au Nord ouest de la République démocratique du Congo.
Dans un tweet de l'Organisation mondiale de la santé (Oms), publié ce matin, les autorités sanitaires congolaises ont confirmé un 2e cas d'Ebola à Mbandaka, hier lundi, le 25 avril. 
A en croire la source, il s'agit d'une femme de 25 ans, décédée, après avoir commencé à ressentir des symptômes 12 jours plus tôt. 
Les enquêtes indiquent qu'en tant que belle-sœur de la patiente du 1er cas, elle était un contact à haut risque.
D'après le ministre congolais de la Santé, le docteur Jean Jacques Mbungani, le premier cas était un étudiant de 31 ans, arrivé à l’hôpital le 5 avril et qui est décédé le 21 avril. Des examens du laboratoire à Mbandaka, confirmés par l'Institut national des recherches biomédicales (INRB) de Kinshasa, ont démontré qu'il y avait une importante charge au virus Ebola dans les échantillons.
Environ 74 contacts ont été recensés pour ce cas. Les autorités ont appelé la population à ne pas céder à la panique. Car, les équipes sur le terrain sont suffisamment expérimentées pour  maitriser cette énième épidémie.  

Non dimenticare il lato psicologico della domanda – come dice le statistiche, le prime difficoltà piene di persone iniziano nella fase di ricerca di un partner. Sfortunatamente, la maggior parte dei media russi e occidentali sono spesso coltivati ​​da Khobu, lo stato doloroso del corpo e letteralmente instillare forzatamente con le persone piene un senso di vergogna per il loro aspetto. Modelli, attrici e cantanti – tutti come sotto la carcake creati: gambe molto sottili, battente costolette e zigomi di spalla. È una tale immagine che si chiama sexy e bella. Ma è davvero? Ovviamente no! Ma le ragazze con privazione (nella loro opinione!) Il peso kamagra pillole sempre più incerto nella propria attrattiva e comincia a condurre una lotta rafforzata con il peso, a volte dimenticare la salute. Questo è particolarmente influenzato dalle donne che sentono costantemente una sensazione di vergogna, paura del partner, incertezza nella loro attrattiva, e questo è già influenzato dal modo di comunicazione, crea ulteriori tensioni. E come esito legitaritario di tutte queste esperienze, la ragazza conclude che non merita di godere, e, quindi, ci sono problemi con l’ottenimento dell’orgasmo.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

Un deuxième cas de décès d’ebola à Mbandaka

Un deuxième cas de décès de la fièvre hémorragique d'Ebola vient d'être enregistré dans la ville de Mbandaka, capitale de la province de l’Équateur, située au Nord ouest de la République démocratique du Congo.
Dans un tweet de l'Organisation mondiale de la santé (Oms), publié ce matin, les autorités sanitaires congolaises ont confirmé un 2e cas d'Ebola à Mbandaka, hier lundi, le 25 avril. 
A en croire la source, il s'agit d'une femme de 25 ans, décédée, après avoir commencé à ressentir des symptômes 12 jours plus tôt. 
Les enquêtes indiquent qu'en tant que belle-sœur de la patiente du 1er cas, elle était un contact à haut risque.
D'après le ministre congolais de la Santé, le docteur Jean Jacques Mbungani, le premier cas était un étudiant de 31 ans, arrivé à l’hôpital le 5 avril et qui est décédé le 21 avril. Des examens du laboratoire à Mbandaka, confirmés par l'Institut national des recherches biomédicales (INRB) de Kinshasa, ont démontré qu'il y avait une importante charge au virus Ebola dans les échantillons.
Environ 74 contacts ont été recensés pour ce cas. Les autorités ont appelé la population à ne pas céder à la panique. Car, les équipes sur le terrain sont suffisamment expérimentées pour  maitriser cette énième épidémie.  

Non dimenticare il lato psicologico della domanda – come dice le statistiche, le prime difficoltà piene di persone iniziano nella fase di ricerca di un partner. Sfortunatamente, la maggior parte dei media russi e occidentali sono spesso coltivati ​​da Khobu, lo stato doloroso del corpo e letteralmente instillare forzatamente con le persone piene un senso di vergogna per il loro aspetto. Modelli, attrici e cantanti – tutti come sotto la carcake creati: gambe molto sottili, battente costolette e zigomi di spalla. È una tale immagine che si chiama sexy e bella. Ma è davvero? Ovviamente no! Ma le ragazze con privazione (nella loro opinione!) Il peso kamagra pillole sempre più incerto nella propria attrattiva e comincia a condurre una lotta rafforzata con il peso, a volte dimenticare la salute. Questo è particolarmente influenzato dalle donne che sentono costantemente una sensazione di vergogna, paura del partner, incertezza nella loro attrattiva, e questo è già influenzato dal modo di comunicazione, crea ulteriori tensioni. E come esito legitaritario di tutte queste esperienze, la ragazza conclude che non merita di godere, e, quindi, ci sono problemi con l’ottenimento dell’orgasmo.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles