33.2 C
Kinshasa
samedi, mai 18, 2024
spot_img

VIH : Un troisième cas de guérison confirmé après une greffe de moelle osseuse

Un nouveau cas de guérison du VIH a été présenté lundi dans la revue Nature Medicine. Il s’agit d’un homme suivi à Düsseldorf ayant reçu une greffe de cellules souches pour traiter une leucémie. Il n’a plus aucune trace du virus dans son organisme.

Un troisième cas officiel de guérison du VIH après une greffe de moelle osseuse : le « patient de Düsseldorf » n’a plus aucune trace du virus dans son organisme, indiquent des travaux publiés, lundi 20 février, dans Nature Medicine.

Seulement deux cas de guérison similaires ont été décrits jusqu’à présent dans des publications scientifiques : le patient de Berlin en 2009 et le patient de Londres en 2019. Deux autres cas de guérison ont par ailleurs été détaillés l’an dernier lors de conférences scientifiques, mais n’ont pas encore donné lieu à des publications en bonne et due forme.

Ce troisième patient, un homme suivi à Düsseldorf, a reçu une greffe de cellules souches pour traiter une leucémie, puis a pu interrompre son traitement antirétroviral contre le VIH, a décrit le consortium international IciStem, dont l’Institut Pasteur est partenaire, dans l’étude.

Dans leurs analyses, les chercheurs n’ont pas trouvé de particules virales, ni de réservoir viral activable, ni de réponses immunitaires contre le virus dans l’organisme de cette personne malgré l’arrêt du traitement depuis quatre ans.

Les patients guéris ont tous en commun une situation bien particulière. Ils étaient atteints de cancers du sang et ont bénéficié d’une greffe de cellules souches qui a renouvelé en profondeur leur système immunitaire.

Une « situation exceptionnelle »

Leur donneur présentait une mutation rare d’un gène dit CCR5, une mutation génétique connue pour empêcher l’entrée du VIH dans les cellules.

« Lors d’une greffe de moelle osseuse, les cellules immunitaires du patient sont remplacées intégralement par celles du donneur, ce qui permet de faire disparaître l’immense majorité des cellules infectées », explique, dans un communiqué, le virologue Asier Sáez-Cirión, l’un des auteurs de l’étude. « Il s’agit d’une situation exceptionnelle quand tous ces facteurs coïncident pour que cette greffe soit un double succès de guérison, de la leucémie et du VIH », a précisé le chercheur.

Étant donné que moins de 1 % de la population générale porte cette mutation protectrice du VIH, il est en effet très rare qu’un donneur de moelle compatible ait cette mutation.

En 2018, l’équipe médicale n’a plus détecté la présence de virus et a planifié avec le patient un arrêt surveillé du traitement antirétroviral contre le VIH.

Mais si ces cas de rémission donnent l’espoir aux chercheurs de venir un jour à bout du VIH, une greffe de moelle osseuse reste une opération très lourde et risquée : elle n’est pas adaptable à la plupart des porteurs du virus.

France 24/AFP

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous suivre

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Derniers articles

VIH : Un troisième cas de guérison confirmé après une greffe de moelle osseuse

Un nouveau cas de guérison du VIH a été présenté lundi dans la revue Nature Medicine. Il s’agit d’un homme suivi à Düsseldorf ayant reçu une greffe de cellules souches pour traiter une leucémie. Il n’a plus aucune trace du virus dans son organisme.

Un troisième cas officiel de guérison du VIH après une greffe de moelle osseuse : le « patient de Düsseldorf » n’a plus aucune trace du virus dans son organisme, indiquent des travaux publiés, lundi 20 février, dans Nature Medicine.

Seulement deux cas de guérison similaires ont été décrits jusqu’à présent dans des publications scientifiques : le patient de Berlin en 2009 et le patient de Londres en 2019. Deux autres cas de guérison ont par ailleurs été détaillés l’an dernier lors de conférences scientifiques, mais n’ont pas encore donné lieu à des publications en bonne et due forme.

Ce troisième patient, un homme suivi à Düsseldorf, a reçu une greffe de cellules souches pour traiter une leucémie, puis a pu interrompre son traitement antirétroviral contre le VIH, a décrit le consortium international IciStem, dont l’Institut Pasteur est partenaire, dans l’étude.

Dans leurs analyses, les chercheurs n’ont pas trouvé de particules virales, ni de réservoir viral activable, ni de réponses immunitaires contre le virus dans l’organisme de cette personne malgré l’arrêt du traitement depuis quatre ans.

Les patients guéris ont tous en commun une situation bien particulière. Ils étaient atteints de cancers du sang et ont bénéficié d’une greffe de cellules souches qui a renouvelé en profondeur leur système immunitaire.

Une « situation exceptionnelle »

Leur donneur présentait une mutation rare d’un gène dit CCR5, une mutation génétique connue pour empêcher l’entrée du VIH dans les cellules.

« Lors d’une greffe de moelle osseuse, les cellules immunitaires du patient sont remplacées intégralement par celles du donneur, ce qui permet de faire disparaître l’immense majorité des cellules infectées », explique, dans un communiqué, le virologue Asier Sáez-Cirión, l’un des auteurs de l’étude. « Il s’agit d’une situation exceptionnelle quand tous ces facteurs coïncident pour que cette greffe soit un double succès de guérison, de la leucémie et du VIH », a précisé le chercheur.

Étant donné que moins de 1 % de la population générale porte cette mutation protectrice du VIH, il est en effet très rare qu’un donneur de moelle compatible ait cette mutation.

En 2018, l’équipe médicale n’a plus détecté la présence de virus et a planifié avec le patient un arrêt surveillé du traitement antirétroviral contre le VIH.

Mais si ces cas de rémission donnent l’espoir aux chercheurs de venir un jour à bout du VIH, une greffe de moelle osseuse reste une opération très lourde et risquée : elle n’est pas adaptable à la plupart des porteurs du virus.

France 24/AFP

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Derniers articles